Document sans nom
 

Archives: 2003- septembre 2011 - Archives 2011 - Archives 2012 - Archives 2013

Retour 2014

 

Actu 2012

 

18/12/2012 ArcelorMittal: les syndicats européens s´organisent pour sauver la sidérurgie

Selon L'Echo, la Fédération européenne de la métallurgie (FEM) rebaptisée Industriall, a décidé début décembre de mettre en place un groupe de travail pour sensibiliser les différents acteurs sur la stratégie du groupe sidérurgique. Un programme d'actions serait en cours d'élaboration car, selon Industriall, la politique d'ArcelorMittal risque de mener à terme à un désert industriel. Georges Jespers (FGTB-Métal) explique que 30 organisations syndicales de 9 pays européens où est basé ArcelorMittal vont rédiger un tract commun afin de dénoncer la politique du groupe. En attendant, ll'inquiétude reste palpable chez les travailleurs qui redoutent de nouvelles fermetures. Toujours selon L'Echo, une réunion plénière du CEE aura lieu de ce mardi à jeudi au siège social du groupe.

Le Monde révèle par ailleurs que selon une note interne à ArcelorMittal, le site de Florange serait un des sites européens les plus rentables du groupe devant Liège (Belgique) et Brême (Allemagne).

ArcelorMittal Liège: Etienne Botton quitte le navire

Le directeur de la communication d'ArcelorMittal Liège, Etienne Botton, la voix de son maître Lakshmi Mittal, a décidé, comme il est coutume de le dire, de donner une nouvelle orientation à sa carrière professionnelle après dix ans de services. Habitué à manier la langue de bois, Botton ne fait pas mentir sa réputation puisqu'il refuse de dire où il va aller exercer ses talents et quand il quittera ses actuelles fonctions finissantes.

17/12/2012 ArcelorMittal Liège: rencontre tripartite avec la Région en janvier

Les négociations sont pour l'heure interrompues à ArcelorMittal Liège. Interrompues, mais pas rompues. Tant qu'il n'y a pas d'accord sur le volet industriel, il n'y a d'accord sur rien, et donc pas sur le volet social, même si syndicats et direction sont parvenus à s'entendre sur son contenu. Pour l'heure, il n'ya pas encore eu de vote, mais des séances d'information. Ce n'est en principe qu'en janvier qu'une nouvelle rencontre tripartite associera syndicats, direction et Région wallonne sur le volet industriel. Parallèlement, La Dernière Heure revient sur l'action du 19 novembre dernier au cours de laquelle 12 bobines de 20 tonnes avaient été jetées dans la Meuse. Il apparaît que les bobines sont toujours au fond de l'eau.

28/11/2012 ArcelorMittal Liège: le front commun dénonce les tentatives patronales de déstabilisation

Le front commun syndical a dénoncé mardi dans un communiqué, les tentatives de déstabilisation menées par la direction d'ArcelorMittal à l'encontre des travailleurs. Cette déstabilisation a pris la forme d'un Syndicat anti-syndicats à Marchin et d'une lettre sans équivoque d'une employée du service de communicatio. Le front commun avertit la direction que toute tentative d'affaiblissement de la résistance des travailleurs renforcera au contraire la détermination du front commun. Ce dernier a également refusé la mise en place d'une commission pour l'emploi gérée par le privé, lui préférant une cellule de reconversion supervisée par le Forem. Mardi en fin de journée, à l'issue d'un entretien avec le président français Hollande, le Premier ministre Di Rupo (PS) a souligné qu' "un accord social était proche entre syndiats et Mittal". Le Montois n'a toutefois pas pu rencontrer Lakshmi Mittal que Hollande a reçu quelques minuets après lui.

27/11/2012 ArcelorMittal Liège: manipulations patronales tous azimuts

L'Echo révèle ce matin que la direction d'ArcelorMittal Liège aurait été déboutée par le tribunal de première instance de Liège dans le cadre de sa demande d'une ordonnance qui aurait obligé les travailleurs à libérer les sites. Ce mardi, le groupe devrait rendre sa décision quant à sa possible participation à une réunion tripartite avec les syndicats et le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS). Par ailleurs, des dissensions entre les travailleurs liégeois d'ArcelorMittal apparaissent. Elles sont instrumentalisées par la direction. Une employée du service communication a envoyé une lettre aux travailleurs pour dénoncer la "manipulation des délégations syndicales". Robert Rouzeeuw (FGTB-Métal) estime qu'il s'agit là d'une nouvelle manigance de la direction. Manipulation également à Marchin où trois contremaîtres ont fait pression sur des ouvriers en créant un "syndicat anti-syndicats".

26/11/2012 ArcelorMittal (Liège): la direction veut lancer le processus de licenciement

Le conflit perdure et s'intensifie à ArcelorMittal Liège. Suite au refus des travailleurs de signer le préaccord concernant le volet social concernant la fermeture de la phase à chaud à Liège, la direction a décidé de lancer le processus de licenciement par la création d'une Commission pour l'emploi (elle sera chargée d'accompagner les personnes licenciées dans la recherche d'un nouvel emploi). Mais pour cela il faut l'accord de l'un des quatre syndicats, "ce qui n'est pas le cas" explique Jean-Luc Rader, Secrétaire régional des Métallos Liège-Luxembourg. Pour rappel, les travailleurs depuis quelques jours bloquent les expéditions. Ce week-end, les huissiers sont descendus sur le site de Kessales (Seraing). Robert Rouzeeuw, président de la délégation FGTB Métal à ArcelorMittal, explique que le huissier était là sans ordonnance du tribunal, mais que l'objectif de la direction est probablement d'en avoir une pour ce lundi.

23/11/2012 ArcelorMittal Liège: les employés ne signeront pas l´accord

Les employés d'ArcelorMittal ont voté ce jeudi à 50,39 % contre 49,61 % en faveur du projet d'accord concernant le volet social de la restructuration. Le Setca et la CNE ne signeront cependant pas l'accord, car pour ce faire, il aurait fallu que les employés votent favorablement à hauteur des deux tiers. La balle est donc renvoyée dans le camp de la direction qui doit revoir sa position et améliorer les conditions du projet d'accord. Le Secrétaire général du Setca, Egidio Di Panfilo, explique que "ces améliorations ne peuvent pas être accordées qu'aux employés, mais doivent prendre en compte le vote négatif des ouvriers (voir 6com d'hier)". Le combat se poursuit donc non seulement en front commun, mais aussi employés-ouvriers d'ArcelorMittal. Le front commun regrette l'absence de participations des différents gouvernements dans ce dossier.

ArcelorMittal Liège: les syndicats dénoncent le mutisme politique dans ce dossier

Jeudi, la FGTB-Metal et la CSC Metea ont écrit une lettre ouverte aux politiciens concernant ArcelorMittal Liège. Les syndicats expliquent regretter le "silence assourdissant" du monde politique alors que se joue "l'avenir de centaines de travailleurs". Ils ajoutent ne pas être "des mendiants que l'on fait chanter dans la rue en les menaçant de licenciements secs comme le prévoit l'ultimatum que la direction d'ArcelorMittal a fixé à ce jeudi soir. Nous sommes par contre médusés de votre silence que l'on redoute complice, vous qui n'êtes pourtant pas les derniers à parader devant micros et caméras". "Nous sommes en 2012, mais rien n'a fondamentalement changé en cent ans", concluent les représentants syndicaux. "La protection de l'argent continue à prendre le pas sur celle des travailleurs".

22/11/2012 ArcelorMittal Liège: le front commun refuse de céder à l´ultimatum patronal

Le front commun syndical a décidé mercredi de bloquer les expéditions d'ArcelorMittal Liège au lendemain de l'échec de la rencontre avec la direction du sidérurgiste à Luxembourg. Un plan d'actions pour les jours à venir a également été mis en chantier. Les syndicats ont encore décidé de ne pas céder à l'ultimatum de la direction leur enjoignant d'accepter sa proposition de plan social au plus tard ce jeudi soir.

21/11/2012 ArcelorMittal Liège: la direction lance un ultimatum au front commun

Rien de bon n'est sorti de la réunion de ce mardi au siège de Luxembourg d'ArcelorMittal où la direction du sidérurgiste rencontrait le front commun syndical du bassin liégeois. Au terme trois heures de discussions, il a fallu se rendre à l'évidence: c'est bien un ultimatum que la direction adresse aux représentants du personnel. Si les propositions sociales patronales rejetées lundi ne sont pas acceptées avant jeudi soir, ArcelorMittal considérera qu'il n'y a pas d'accord du tout et s'en tiendra aux indemnités légales, sans plus. Le front commun doit prendre attitude ce mercredi matin à 11 heures.

20/11/2012 ArcelorMittal Liège: rencontre syndicats-direction ce mardi à Luxembourg

Journée sous haute tension ce lundi à ArcelorMittal Liège où le personnel, tant ouvrier qu'employé, a rejeté les propositions patronales d'indemnités sociales pour les 800 travailleurs concernés par la fermeture de la phase liquide. Ils ont ensuite mené une action au port de Renory où des bobines ont été jetées dans la Meuse. Les travailleurs ont également décidé de partir en grève jusqu'à ce mardi 14 heures, moment d'une reprise des négociations, à Luxembourg, cette fois, au siège du groupe sidérurgique.

ArcelorMittal: la direction annonce une situation très difficile pour la zone "Atlantique et Lorraine" en 2013

A l'occasion d'un conseil d'entreprise européen extraordinaire tenu lundi à Paris sur la situation économique et industrielle de la zone "Atlantique et Lorraine", comprenant 11 hauts fourneaux, dont cinq actuellement à l'arrêt (2 à Florange, 2 à Liège, 1 à Dunkerque), la direction d'ArcelorMittal a parlé d'une "situation encore plus morose en 2013 qu'en 2012" pour une partie de ses activités. La direction a annoncé par ailleurs que le haut fourneau 2 de Dunkerque, à l'arrêt pour maintenance depuis août, ne redémarrerait pas en janvier. Le sidérurgiste va par ailleurs déposer une nouvelle demande de chômage partiel longue durée pour la zone "Atlantique et Lorraine", selon la CGT, qui a précisé que ces mesures s'appliqueraient en premier lieu à Florange.

19/11/2012 ArcelorMittal Liège: les travailleurs rejettent le plan social et partent en grève

Le ton vient encore de monter d'un cran à Arcelormittal Liège. Les travailleurs ont rejeté à l'unanimité lundi matin les propositions (jugées largement insuffisantes) contenues dans le projet d'accord social relatif à la fermeture du chaud qui avait été rédigé la semaine dernière par la direction et le conciliateur social. Le front commun avait assuré qu'il ne défendrait pas ce texte en assemblée. Les travailleurs ont décidé de se croiser les bras jusqu'à mardi 14 heures. Ils n'ont donc pas cédé au chantage pratiqué par Robrecht Himpe, patron du Plat Carbone Europe. Celui-ci avait a fait savoir qu'en cas de non-signature du document par les syndicats, la direction reviendrait à l'application stricte de la loi, c'est-à-dire licencier sans aucune autre négociation.

16/11/2012 ArcelorMittal Liège: un préaccord selon la direction, rien du tout pour le front commun

La situation est moins claire que jamais à ArcelorMittal Liège au lendemain de la réunion de conciliation menée entre les syndicats et la direction sur le volet social de la fermeture du chaud. Les premiers soutiennent qu'il n'y a eu aucune avancée significative tandis que la direction et le conciliateur parlent d'un préaccord qui sera soumis au personnel lundi. Un texte que n'entend pas défendre le front commun lors des assemblées générales prévues lundi.

15/11/2012 ArcelorMittal Liège: le jeudi de la dernière chance

Journée décisive ce jeudi à ArcelorMittal Liège. Syndicats et direction reprendront les discussions sur le plan social relatif à la fermeture du chaud à Liège. Le conciliateur social rencontrera tour à tour les différents intervenants afin d'essayer d'accorder les violons. Du côté de la FGTB Métal, Robert Rouzeeuw explique que la colère gronde et qu'en cas de blocage ce jeudi, lundi une assemblée générale sera organisée en front commun afin de décider de la marche à suivre. Pour rappel, sans accord social, la direction d'ArcelorMittal refuse de participer à la commission technique qui planche sur le plan industriel.

Par ailleurs, on apprend que deux ouvriers de la phase liquide à Liège se sont donné la mort voici quelques jours. Du côté des syndicats, on explique que si on ne peut rentrer dans la vie privée des gens, il est certain que le climat morose de ces derniers mois à ArcelorMittal Liège ne permet pas d'améliorer les choses. Les gens vivent dans l'incertitude, dans un climat très malsain.

13/11/2012 ArcelorMittal Liège: les négociations sociales reprendront jeudi

Les négociations sociales à ArcelorMittal Liège concernant la fermeture de la phase liquide sont dans l'impasse, selon les syndicats. Après dix heures de discussions en présence du conciliateur social, les syndicats expliquent que la direction d'ArcelorMittal ne change pas d'un iota en ce qui concerne la prime complémentaire (24.500 euros bruts) et Robert Rouzeeuw (FGTB Métal) se demande si le groupe ne veut pas simplement tout fermer. Les syndicats devraient rencontrer ce mardi les affiliés et délégués afin de faire le point. La commission technique se réunira ce mardi afin de rendre les conclusions de son travail. Jeudi, direction et syndicats retourneront à la table des négociations.

09/11/2012 ArcelorMittal Liège: les négociations continuent, mais on est encore loin du compte

Les négociations entre syndicats et direction d'ArcelorMittal concernant le volet social lié au projet de fermeture de la phase liquide à Liège, qui avaient repris ce jeudi, se sont interrompues dans la nuit de jeudi à vendredi et ont repris ce vendredi matin. "On est encore loin d'un accord" explique le Président de la FGTB ArcelorMittal Liège, Robert Rouseeuw, "même si la direction affirme le contraire. Les propositions qu'ils font sur les prépensions sont imbuvables". Il ajoute qu'"il y a moyen d'éviter les licenciements, mais la direction refuse de l'entendre et propose un plan indécent pour l'accompagnement des travailleurs." Par ailleurs, le groupe de travail sur le froid liégeois se réunit aussi aujourd'hui à 15h30.

08/11/2012 Négociations sociales à ArcelorMittal Liège: la direction souffle le chaud et le froid

La direction d'ArcelorMittal Liège a brutalement interrompu mercredi les négociations en cours avec les syndicats sur le plan social lié à la fermeture du chaud. Elle a argumenté qu'il y avait trop de représentants syndicaux ouvriers et employés autour de la table et que cela nuisait à la bonne marche des discussions. Elle a dès lors proposé que l'on s'en tienne à deux représentants par délégation. Le front commun FGTB-CSC-Setca-CNE a refusé au vu de l'importance de l'enjeu et ne croit pas que la direction ait envie d'aboutir à un plan social acceptable alors que la date butoir est fixée à ce vendredi 9 novembre. La direction a finalement accepté de revoir les syndicats ce jeudi dès 10 heures.

06/11/2012 ArcelorMittal Liège: le groupe de travail sur les investissements dans le froid s´est réuni ce lundi

Les discussions autour des investissements à faire pour rendre les 12 outils du froid d'ArcelorMittal Liège compétitifs ont débuté ce lundi. Sont autour de la table, les syndicats, la Région wallonne et la direction locale d'ArcelorMittal Liège. Robert Rouzeeuw, Président FGTB ArcelorMittal Liège, précise que même s'ils arrivent à se mettre d'accord, "il restera quand même à convaincre la direction générale, car celle-ci n'a pas donné mandat à la direction locale de prendre les décisions sur ces invests." La prochaine rencontre est programmée à vendredi prochain.

05/11/2012 Vers une prépension à 53 ans pour les travailleurs du chaud d´ArcelorMittal Liège

Dans le cadre des négociations sociales liées à la fermeture du chaud liégeois d'ArcelorMittal, la direction du sidérurgiste a accepté de descendre l'âge de la préretraite à 53 ans (date anniversaire, au plus tard le 14 octobre 2011), ce qui concernera 226 travailleurs sur les 795 concernés. Les métallos de la FGTB maintiennent leur revendication d'une prépension à 52 ans qui soulagerait 314 travailleurs. Parallèlement, les syndicats des travailleurs des pays concernés par l'arrêt d'activité d'ArcelorMittal, dont la MWB-FGTB, ont écrit une lettre ouverte aux ministres de l'Economie de leurs pays. Ils y réclament la tenue d'un mini-sommet européen entre ministres et syndicats pour réclamer le renforcement de la sidérurgie intégrée.

30/10/2012 ArcelorMittal Liège: 15 jours de réflexion sur les investissements à apporter par la Région

Le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS), a affirmé sa volonté de soutenir la sidérurgie liégeoise via des investissements dans le froid. Un groupe de travail a été mis sur pied pour les quinze jours prochains par les syndicats, la direction d'ArcelorMittal Liège et la Région wallonne pour réfléchir aux investissements à réaliser par la Région en compléments de ceux d'ArcelorMittal. Pour le ministre Marcourt, "c'est une avancée, petite, certes, mais une avancée quand même."

29/10/2012 ArcelorMittal Liège: les investissements ne permettront pas de garantir l´entièreté du froid à Liège

La rencontre tripartite de vendredi entre la direction d'ArcelorMittal Liège, la Région et les syndicats n'a pas donné les garanties espérées pour le froid à Liège. La direction a expliqué que les investissements n'iront pas plus loin que les 138 millions d'euros prévus et a par refusé la proposition de la Région de contribuer aux investissements complémentaires. Elle a estimé comme prioritaires seulement 5 lignes du froid au détriment des 7 autres outils considérés comme des variables d'ajustement (4 lignes du froid plus le TLB, la cokerie, la centrale d'énergie). Du côté des syndicats, on estime qu'on est très loin de garantir le froid à Liège et ses 2.000 emplois. Ils demandent 80 millions d'euros d'investissements supplémentaires, le chargement des 12 lignes et la garantie d'une alimentation suffisante. Les syndicats demandent par ailleurs la constitution d'une structure juridique distincte avec la Région wallonne en tant qu'acteur important. Du côté du Secrétaire régional du Setca Liège, Egidio Di Panfilo, c'est la déception. Seule la mise sur pied d'une commission technique d'analyse des lignes a été acceptée par le groupe.

Par ailleurs, les différents syndicats nationaux où ArcelorMittal a des sites tentent de s'organiser au niveau européen. Ils se rencontreront ce lundi à Luxembourg afin définir ensemble leur stratégie et tenter de démontrer que les fermetures d'ArcelorMittal ne représentent aucune logique industrielle.

26/10/2012 TLB (Chertal): la FGTB Métal craint que l´arrêt temporaire ne se transforme en arrêt définitif

L'annonce de l'arrêt provisoire du TLB de Chertal (voir 6com d'hier) au lendemain de l'annonce de la fermeture de Ford Genk, ne serait pas un hasard du calendrier selon la CSC qui explique que Ford était l'un des gros clients du froid liégeois avec 30.000 tonnes d'acier galvanisé utilisés chaque année. Finalement, ce sont 213 travailleurs qui seront mis au chômage économique à Chertal. Du côté de la FGTB, on craint que cet arrêt temporaire se transforme en définitif. Tant du côté de la FGTB Métal Liège-Luxembourg que du Setca-Liège, on demande une réelle prise en main du problème de la sidérurgie dans le bassin liégeois par les responsables politiques belges et wallons.

25/10/2012 ArcelorMittal Liège: le TLB de Chertal à l´arrêt pour plusieurs mois

ArcelorMittal vient d'annoncer aux syndicats la mise à l'arrêt temporaire du train à large bande (TLB) de Chertal. Les 170 personnes qui travaillent actuellement sur la ligne seront pour la plupart mises au chômage économique. La reprise de la ligne n'est pas programmée avant le deuxième trimestre de l'année 2013. Depuis l'arrêt de la phase liquide à Liège, le TLB ne tournait plus qu'à 35% de ses capacités et le personnel subissait déjà des périodes de chômage. Par ailleurs, les discussions sur le volet social à ArcelorMittal Liège en ce qui concerne la phase à chaud font du surplace, selon les syndicats.

24/10/2012 ArcelorMittal Liège: réunion tripartite ce vendredi

Peu ou pas d'avancées dans les négociations sur le plan social relatif à la fermeture du chaud d'ArcelorMittal. Syndicats et direction se sont quittés mardi sans rapprochement quant à l'âge de la prépension (55 ans voulus par les patrons, 52 ans par les syndicats. Reprise des discussions, ce mercredi à 13 heures. A noter que la réunion tripartite Région-syndicats-direction sur le plan industriel du froid se tiendra ce vendredi.

23/10/2012 ArcelorMittal Liège: la FGTB Métal demande des informations complètes pour la viabilité du froid

Selon L'Echo, les syndicats d'ArcelorMittal Liège demanderaient des investissements supplémentaires de plus de 80 millions d'euros, et ce pour une question de viabilité du froid. Selon Robert Rouzeeuw, délégué FGTB Métal à ArcelorMittal Liège, il est prématuré de donner un chiffre sur les investissements supplémentaires à faire dans le froid parce que "la direction est incapable de donner des informations complètes". Il ajoute: "Nous demandons à la direction qu'elle nous fournisse un schéma industriel complet sur les 12 outils, TLB compris, et non sur les 5 lignes stratégiques."

19/10/2012 EXCLUSIF: coup de semonce des délégués FGTB Métal au secteur Energie à ArcelorMittal (Seraing)

Les délégués FGTB Métal ont bloqué l'entrée de l'entreprise aux responsables du secteur Energie à ArcelorMittal (Seraing). En cause, des menaces incessantes, des envois de recommandés de sanctions aux travailleurs dans un climat déjà morose et tendu au vu de l'actualité sidérurgique liégeoise. Pour Robert Rouzeeuw, délégué FGTB Métal, " le comportement de ces responsables est inadmissible alors que les travailleurs vivent déjà des moments difficiles. Il n'y a pas besoin d'en remettre une couche". Le mouvement s'est déroulé jusqu'à 10h et s'est suivi d'une assemblée du personnel pour expliquer les raisons du mouvement. Une nouvelle assemblée est prévue lundi prochain.

18/10/2012 ArcelorMittal Liège: la Région wallonne attendue la semaine prochaine

Les négociations patinent entre la direction d'ArcelorMittal Liège et les syndicats (voir 6com d'hier) à propos du plan social visant la fin de la phase à chaud. L'entrevue de ce mercredi n'a pas permis de rapprocher les points de vue sur l'âge de la prépension que les syndicats veulent à 52 ans tandis que la direction reste bloquée à 55 ans. Une nouvelle rencontre est prévue ce jeudi après-midi. Sur le plan industriel, Vivacité annonce ce jeudi que la Région wallonne devrait venir à la table des négociations dès le courant de la semaine prochaine, ce que réclamait le front commun.

17/10/2012 ArcelorMittal Liège: 23 emplois perdus à Mosacier (Sclessin) et 14 à AM Construction Belgium (Malmedy)

La procédure Renault va être enclenchée à Mosacier, filiale d'ArcelorMittal à Sclessin où 23 emplois sur 110 vont disparaître. Sont concernés 13 ouvriers et 10 employés de la division Perfo Jaspar (perforage, cisaillage, pliage de tôles) qui ne serait plus rentable. Une autre filiale de Sclessin, TBL (Tailored Blanks liège) pourrait être placée prochainement sous le contrôle de la direction d'ArcelorMittal Gand, avec, à la clé, une restructuration postérieurement à une recapitalisation. Enfin, ArcelorMittal Construction Belgium (Malmedy), spécialisée dans les tuiles d'acier, devrait fermer ses portes et son activité être délocalisée. Quatorze emplois sont perdus.

ArcelorMittal Liège: les discussions ne vont pas assez vite pour les syndicats

Ca négocie toujours à ArcelorMittal Liège concernant le plan industriel. Mais pour les syndicats, les discussions ne vont pas assez vite. Ils demandent à la Région wallonne de s'impliquer dans les pourparlers rappelant qu'elle avait promis d'intervenir. De plus, les négociations sur le volet social reprennent ce mercredi. Selon VivaCité, la proposition actuellement sur la table, ce sont des prépensions à partir de 55 ans. Dans ce contexte, il faudra s'attendre à plusieurs centaines de licenciements secs.

12/10/2012 ArcelorMittal Liège: le Setca rappelle aux politiques leurs promesses pour la sidérurgie liégeoise

Jeudi, syndicats et direction ont entamé les négociations concernant le plan industriel. Dans un communiqué, le Setca-Liège rappelle au gouvernement wallon les engagements qu'il avait pris concernant la pérennité de la sidérurgie liégeoise. Pour rappel, il a déclaré qu'il était "prêt à s'engager dans le plan industriel pour pérenniser la sidérurgie liégeoise". Le secrétaire général du Setca-Liège, Egidio Di Panfilo, demande donc que ces promesses soient concrétisées parce qu'"On a un l'impression que le politique, plus encore que la direction, cherche à nous balader le plus longtemps possible". Il insiste pour que les politiques reprennent le contrôle de l'économie pour la "remettre aux services des Hommes".

11/10/2012 ArcelorMittal Liège: les syndicats veulent la prépension à 52 ans, la direction, à 55 ans

Les négociations relatives au plan social visant les 795 pertes d'emploi causées par la fermeture de la phase à chaud d'ArcelorMittal ont débuté ce mercredi. Une première opposition entre syndicats et direction s'est déjà révélée. Les premiers veulent la prépension à 52 ans pour plus de 300 personnes, la seconde ne la concéderait qu'à 55 ans pour des raisons financières. Les discussions reprendront mercredi prochain. Ce jeudi, il doit être à nouveau question du plan industriel pour les usines du froid.

10/10/2012 ArcelorMittal Liège: plan industriel et volet social au menu des discussions

Des négociations se sont déroulées ce mardi entre les syndicats et la direction d'ArcelorMittal Liège au sujet du plan industriel. La direction a présenté les outils jugés non stratégiques en détaillant leurs atouts et leurs défauts. "Nous avons demandé qu'il soit fait de même pour les outils stratégiques", a déclaré Robert Rouzeeuw, délégué FGTB-Métal. "Nous voulons comparer leurs données avec les nôtres". "La Région doit garantir un volume de production suffisant pour garantir l'emploi", a souligné de son côté, David Camerini (CSC-Métal). Les discussions doivent aborder ce mercredi la question du volet social. Dans La Libre du jour, Jordan Atanasov (CSC-Métal) estime que l'emploi de 1.000 travailleurs du froid est menacé si l'on s'en tient au plan industriel actuellement en cours de négociation.

08/10/2012 ArcelorMittal Liège: feu le HFB

Ce vendredi, la direction d'ArcelorMittal Liège a définitivement éteint les cowpers du haut-fourneau B, à Ougrée. Ces tours cylindriques qui chauffaient à très haute température le vent froid demeuraient cruciales dans les différentes de la phase liquide. Maintenant que ces cowpers sont éteints, il en coûterait une vingtaine de millions d'euros si on voulait les rallumer. Cette manoeuvre clôt donc définitivement la phase à chaud à Liège.

05/10/2012 ArcelorMittal Liège: le froid a de l´avenir à Liège

La phase à froid aurait de beaux jours devant elle à Liège. Certaines entreprises recevraient même en priorité les commandes pour les activités liées au marché de l'automobile et la production de tôle de fine épaisseur, tellement leurs outils sont "excellents". Il s'agit de l'entreprise sérésienne Kessales, d'Eurogal (Ivoz-Ramet), de HP5 à Marchin, notamment. Quid des autres usines qui travaillent dans le froid? Flexibilité! Leur fonctionnement dépendra de la demande et de leur compétitivité. Du côté des syndicats, on tempère ce bel optimisme et on rappelle que seules 5 usines sur 12 dans le froid en Europe sont considérées par ArcelorMittal comme stratégiques. Les syndicats s'interrogent aussi sur les volumes qui seront destinés à Liège.

ArcelorMittal Liège: la FGTB-Métal a reçu des parlementaires européens

La FGTB-Métal a reçu ce jeudi une délégation de parlementaires européens dans le cadre de la fermeture de la phase à chaud par ArcelorMittal Liège. Ils ont notamment évoqué les conséquences de cette fermeture sur les travailleurs. Alejandro Cercas, coordinateur de la Commission de l'emploi et des affaires sociales au Parlement européen, a expliqué les raisons de sa présence: "Nous sommes ici pour montrer notre solidarité avec les travailleurs de Liège et faire face ensemble à un problème qui dépasse la région." Pour lui, l'Europe doit se doter d'outils pour faire face "au capitalisme sauvage, à la globalisation".

ArcelorMittal Florange: la CGT refuse tout plan social précipité

Ce qu'il se passe actuellement sur le site sidérurgique d'ArcelorMittal de Florange (Moselle) a comme un air de déjà vu. Mittal veut se séparer du chaud, mais tient à garder le froid. La direction laisse au gouvernement 2 mois pour trouver un repreneur. Par ailleurs, la direction décide de démarrer mi-octobre un accord-cadre sur les modalités d'un plan social. Pour la CGT (syndicat français), c'est un non-sens. Elle demande à la direction de stopper le processus jusqu'à ce qu'un repreneur se manifeste. Le syndicat rappelle aussi que 3 rapports attestent la viabilité du site dans son intégralité(chaud et froid), dont Syndex. Comme à Liège donc, la CGT veut garder à Florange un site intégré. Et si repreneur il y a, il faut qu'il reprenne l'ensemble du site avec une forte participation de l'Etat dans le capital de cette nouvelle société. En attendant, la CGT mobilise ses troupes et organise une manifestation le 9 octobre prochain.

04/10/2012 ArcelorMittal Liège: Marcourt (PS) veut un renforcement de la procédure Renault

Les élus wallons ont débattu mercredi du futur sidérurgique liégeois, un futur qui se fera sans le chaud. Sans révolutionner la planète acier, les débats ont permis au ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS), de déplorer le manque d'efficacité de la procédure Renault: "Il existe un vide législatif. Le combler pourrait permettre au gouvernement d'intervenir plus concrètement. On ne doit plus être la victime des diktats d'un groupe industriel sans réagir". 

Notons qu'une délégation de députés européens rencontrera ce jeudi des syndicalistes FGTB d'ArcelorMittal Liège.

03/10/2012 ArcelorMittal Liège: la FGTB Metal défend le travail de Jean-Claude Marcourt (PS)

Après les remous qui ont secoué le bassin sidérurgique liégeois suite à l'annonce de la fermeture du chaud, la FGTB Métal Liège-Luxembourg tient à faire le point. Elle s'attarde sur ceux qui l'ont aidée dans le combat pour le maintien d'une sidérurgie intégrée à Liège. Elle remercie l'opinion publique qui est restée à ses côtés. Par contre, elle dénonce le comportement des politiques et leurs oeillères. Un homme tire cependant son épingle du jeu, Jean-Claude Marcourt (PS), ministre wallon de l'Economie, qui a su, selon le syndicat, être à l'écoute. La FGTB-Metal tient aussi à rappeler que seul Mittal est responsable dans la fermeture du chaud.

 

ArcelorMittal était prêt à vendre le chaud liégeois, rien que le chaud


Dans L'Echo de ce mercredi, le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS) révèle qu'ArcelorMittal était prêt à vendre les outils de la phase à chaud, mais pas ceux du froid. "Nous avons considéré avec les syndicats que le projet d'une reprise du chaud seul n'avait aucun sens économique". C'est d'ailleurs ce qui risque de décourager les candidats repreneurs du chaud de Florange où ArcelorMittal entend conserver le froid. Parallèlement, le comité d'entreprise européen d'ArcelorMittal mardi à Luxembourg n'a pas rassuré les travailleurs liégeois et de Florange. On apprend qu'Arcelor après avoir annoncé la fin de la phase à chaud à Florange prévoit d'investir 40 millions d'euros dans le froid alors que les syndicats estiment qu'il faudrait 150 millions d'euros. Si rien n'a été dit quant au risque de concurrence entre les deux sites en ce qui concerne l'approvisionnement au départ de Dunkerque et la filière packaging, la direction a laissé entendre sa volonté de "rehausser la compétitivité de la filière fer blanc (5 sites en Europe). Au prix, sans doute, d'une casse sociale", selon L'Avenir.

02/10/2012 ArcelorMittal: conseil d´entreprise européen sur Liège et Florange

Ce mardi doit avoir lieu à ArcelorMittal, un Comité central européen au Luxembourg consacré aux sites de Florange (France) et de Liège (Belgique). Concernant Liège, cette réunion ne viserait qu'à faire le point sur la situation. ArcelorMittal a confirmé lundi la fermeture définitive des deux hauts fourneaux du site de Florange, en Moselle qui vise directement 629 personnes. Concernant la Belgique, syndicats et direction du site de Liège se sont rencontrés à plusieurs reprises lundi pour discuter de la procédure de négociation liée au projet de fermeture de la phase liquide (à chaud), dont la première étape doit être officiellement clôturée lors d'un conseil d'administration programmé mardi. Pour Francis Gomez, président de la Fédération des Métallos FGTB Liège-Luxembourg, les sites de Liège et Florange sont dorénavant "mis en concurrence (...) d'autant qu'ils doivent être approvisionnés par les hauts-fourneaux de Dunkerque déjà saturés." Mais pour le syndicaliste, Liège a l'avantage d'être en possession d'un outil "plus compétitif".  

01/10/2012 ArcelorMittal tente de rassurer le froid liégeois

Selon La Libre du week-end, le groupe sidérurgique ArcelorMittal a plusieurs idées pour garantir la bonne livraison vers son site liégeois à partir de Dunkerque. Ce qui répondrait aux craintes du monde politique et des syndicats. Le "finishing" (étapes de galvanisation, d'électrozingage, etc.) de Liège conserverait en outre la possibilité d'être approvisionné par d'autres sites en cas de problème. Au sein du groupe, on estime que les liens informatiques et les procédures de gestion de l'approvisionnement sont bien construits et rodés. Par ailleurs, le groupe entend diminuer le délai nécessaire entre la prise de commande des brames à Dunkerque et leur livraison à Liège. Un autre projet consiste en la création d'un système de commande en urgence pour faire face à des besoins supplémentaires imprévus de la phase à froid liégeoise et de ses clients finaux, comme l'industrie automobile. Pour le transport, ArcelorMittal souhaite notamment utiliser des wagons permettant de limiter le temps d'attente de refroidissement des brames avant expédition. D'autres mesures sont encore envisagées: l'amélioration des liaisons informatiques entre les deux sites ou la présence d'équipes liégeoises sur le site français dans les périodes plus critiques.

 

ArcelorMittal Liège: le plan social pourrait être bouclé début novembre

La phase 1 de la procédure Renault à ArcelorMittal Liège devrait être terminée ce 1er octobre. Les négociations quant au plan social et au plan industriel devraient débuter dès le 3 octobre et se terminer le 9 novembre prochain.

A Florange, la situation évolue différemment. Le gouvernement français a proposé à ArcelorMittal de lui racheter le chaud et de lui trouver un repreneur dans les deux mois. Sur cette base, le groupe a convoqué d'urgence une réunion extraordinaire du comité restreint du conseil d'entreprise européen le 2 octobre à Luxembourg pour débattre de Florange. Du côté de la CGT, on s'oppose au démantèlement en estimant que cela conduira inévitablement à des pertes d'emplois. Le gouvernement ferait fausse route en s'écartant des recommandations du rapport d'expertise.

26/09/2012 ArcelorMittal Liège: le plan alternatif pour la sidérurgie est abandonné

Le refus d'ArcelorMittal de vendre les outils du chaud a conduit le gouvernement wallon et le front commun syndical, qui se voyaient ce mardi (voir 6com d'hier), à abandonner le plan alternatif maintenant une sidérurgie intégrée à Liège. Un plan qui impliquait un investissement global avoisinant le milliard d'euros. Il faut maintenant se concentrer sur le plan industriel prévoyant 138 millions d'euros d'investissement dans le froid. La Région se dit prête à participer à ce plan via une négociation tripartite avec les syndicats et le sidérurgiste. Pour le reste, c'est évidemment la déception parmi les travailleurs et leurs représentants. Dans La Meuse, le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcorut (PS), affirme qu'il peut "regarder les ouvriers dans les yeux". Tout en reconnaissant ce matin, sur les ondes de La Première (RTBF), qu'il s'agit "d'un échec collectif de ne pas avoir réussi à convaincre ArcelorMittal de garder une sidérurgie intégrée à Liège".

25/09/2012 ArcelorMittal Liège: le sidérurgiste impitoyable avec la Région wallonne

Depuis 8 h 30 ce mardi, les syndicats d'ArcelroMittal rencontrent le gouvernement wallon. Ceci au lendemain de l'entrevue de ce dernier lundi avec les responsables d'ArcelorMittal. Une rencontre qui, si l'on en croit la presse du jour, n'a guère apporté d'éléments positifs. Les dirigeants du sidérurgiste ont répété qu'ils ne voulaient pas vendre ni le chaud ni le froid et qu'ils comptaient toujours arrêter le premier. Et quand bien même seraient-ils vendeurs que le prix d'1 milliard d'euros serait impayable par la Région wallonne. ArcelorMittal, selon La Libre, serait même encore allée plus loin en affirmant qu'il interdirait à ses sous-traitants d'acheter de la fonte produite à Liège par des outils réquisitionnés par les autorités publiques. L'Echo, pour sa part, avance que ArcelorMittal aurait décidé de se passer des services du bureau Syndex auquel il reproche d'avoir publié voici quelques mois une étude concluant à la rentabilité du bassin liégeois.

ArcelorMittal Liège: reprise des négociations ce mardi

Les syndicats liégeois d'ArcelorMittal et la direction du sidérurgiste se sont rencontrés ce lundi pour élaborer un calendrier de discussion afin de poursuivre et achever la phase 1 de la procédure Renault dans les prochains jours. Deux conseils d'entreprise extraordinaires sont prévus ces mardi et jeudi.

24/09/2012 ArcelorMittal Liège: la Région wallonne doit prendre position

Double rendez-vous important cette semaine pour la Région wallonne qui doit ce lundi voir les responsables d'ArcelorMittal pour le plat carbone, Robrecht Himpe et Geert Van Poelvoorde puis les responsables syndicaux le lendemain. Le tout sur fond de reprise du dialogue entre le front commun et la direction du sidérurgiste après une semaine particulièrement tendue: menace de ne plus investir dans le froid, enlisement des discussions dans la procédure Renault,...  

ArcelorMittal Liège: les Métallos chahutent le congrès de rentrée du PS

Les Métallos d'ArcelorMittal Liège, accompagnés de la CGSP-Cheminots, ont chahuté le congrès de rentrée du PS qui s'est tenu ce dimanche à Namur. Ils ont été reçus par Thierry Giet, le président du PS, et Jean-Claude Marcourt, le ministre wallon de l'Economie (PS).

Le PS a tenu ce dimanche son congrès de rentrée, à Namur. Laurette Onkelinx, la vice-présidente du parti est revenue sur l'austérité, en la traitant d'"hérésie politique", et sur la régulation du système bancaire. Quant au président, Thierry Giet, il a plaidé pour plus de justice fiscale.

21/09/2012 ArcelorMittal Liège: le dialogue a repris

Le dialogue a repris entre syndicats et patrons d'ArcelorMittal. Réunis autour du conciliateur social Michel Preud'Homme (voir 6com d'hier), ils ont réussi à trouver un accord et un calendrier des négociations. Ils se donnent 7 jours pour boucler la phase 1 de la procédure Renault et ensuite entamer la phase 2. La direction est revenue sur sa décision de retirer le projet d'investissement de 138 millions d'euros dans la phase à froid. Elle va également relancer les commandes de fer-blanc. Pour le Président de la FGTB-Métal Liège-Luxembourg, Francis Gomez, cet accord est "un signal fort de la direction". Le Secrétaire régional FGTB-Métal de Seraing, Jean-Luc Rader, se dit content du résultat. Il ajoute: "c'est la preuve que le combat paie toujours et qu'il ne faut pas céder au chantage, ni aux pressions".

Bruno Bauraind chercheur au Groupe de recherches pour une stratégie économique alternative (Gresea) analyse la situation sur l'actualité de la sidérurgie liégeoise. Pour lui, la menace de Mittal de retirer ses investissements est "une vieille recette qui consiste à prendre les syndicats à la gorge et à les piéger".

ArcelorMittal Liège: le gouvernement wallon dément la rumeur de rachat

Le gouvernement wallon rencontrera les syndicats d'ArcelorMittal le 25 septembre prochain. Ce jeudi, il a analysé le rapport de l'expert qui a étudié la viabilité financière du plan syndical (voir 6com d'hier). Par ailleurs, une rumeur a circulé selon laquelle le gouvernement serait prêt à racheter l'outil à Mittal pour 400 millions d'euros. Une information formellement démentie par le ministre wallon de l'Economie Jean-Claude Marcourt (PS). Bref, actuellement aucune décision n'a été prise et rien ne sera décider d'avoir rencontré toutes les parties concernées (syndicats et direction).

La FGTB-Metal Liège-Luxembourg et le Setca Liège ont interpellé le Premier ministre, Elio Di Rupo (PS), sur les événements qui secouent la sidérurgie liégeoise. Ce dernier a répondu qu'il comprenait "le désarroi des travailleurs, leur colère, mais aussi leur détermination à tout mettre en oeuvre pour maintenir l'activité sidérurgique". Di Rupo a par ailleurs précisé qu'il ne rencontrerait pas Lakshmi Mittal, préférant laisser le gouvernement wallon mener les négociations.

20/09/2012 ArcelorMittal Liège: piquet de grève devant le HFB contre le refroidissement des cowpers

Plusieurs dizaines de travailleurs ont bloqué l'entrée du haut-fourneau B (Ougrée) ce mercredi empêchant ainsi la direction d'ArcelorMittal de procéder au refroidissement des cowpers (voir 6com d'hier). Pour les travailleurs, les cowpers sont indispensables au maintien de la phase à chaud. La direction a évidemment un autre discours. Pour elle, c'est "un exemple supplémentaire du fait que l'opposition syndicale ne permet pas de prendre les mesures nécessaires pour réduire les coûts de la mise sous cocon de la phase liquide (...)". Une conciliation a débuté ce jeudi. Le conciliateur social, Michel Preud'homme, tentera donc de remettre les parties autour de la table après l'échec des négociations sur la procédure Renault dimanche. On parle déjà de "réunion de la dernière chance" qui pourrait sauver la phase à froid liégeoise. Mais la direction, pessimiste, a d'ores et déjà annoncé la couleur: "Nous ne voyons pas à ce stade comment on pourrait concilier les positions de la Direction et des organisations syndicales".


ArcelorMittal Liège: le gouvernement wallon continue ses travaux, mais rien ne filtre

Le gouvernement wallon se prépare à rencontrer la direction du groupe ArcelorMittal. Il étudie la viabilité financière du plan élaboré par les syndicats pour le maintien d'une sidérurgie intégrée à Liège. Cependant, rien ne filtre sur les hypothèses envisagées par le gouvernement. Le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS) a juste précisé que toutes les solutions envisagées prennent en compte le maintien d'au moins un haut-fourneau en activité.  Le gouvernement wallon continuera le travail ce jeudi. En attendant, le ministre Marcourt demande à Mittal d'être clair sur ce qu'il compte faire des outils liégeois.

ArcelorMittal Liège: le MR demande au gouvernement de mettre la pression

Face à l'actualité de la sidérurgie liégeoise, le président du MR, Charles Michel, a demandé au Premier ministre, Elio Di Rupo (PS), de faire pression sur les entreprises qui ne respectent pas leurs engagements, à l'instar d'ArcelorMittal. Il insiste également sur le rôle que le gouvernement peut avoir au niveau européen.

19/09/2012 ArcelorMittal Liège: la FGTB-Métal ne cédera pas au chantage

Dès ce jeudi, le conciliateur social (voir par ailleurs) va tenter de réconcilier la direction d'ArcelorMittal et les syndicats. Du côté de la direction liégeoise, on semble très pessimiste quant à un possible changement d'avis de la direction générale quant au plan d'investissement retiré pour le froid à Liège. Du côté de la FGTB-Métal, on se dit prêt à négocier avec le sidérurgiste dans le cadre de la conciliation mise en place, mais le président des Métallos liégeois, Francis Gomez, prévient qu'il est hors de question de signer le texte tel qu'il est présenté aujourd'hui et attend maintenant un pas d'Arcelor en faveur des travailleurs. Notons que les assemblées organisées mardi par le Setca et la CNE ont été chahutées par des employés en colère estimant que la FGTB-Métal devait se résigner et signer le texte. Le Setca ne veut cependant pas contraindre son partenaire FGTB, et estime qu'il faut trouver un texte qui convient à tous. Le Setca Liège et la FGTB-Métal viennent par ailleurs d'envoyer un courrier au Premier ministre, Elio Di Rupo (PS) afin que ce dernier intervienne notamment afin qu'ArcelorMittal respecte la loi en ce qui concerne la procédure Renault.

ArcelorMittal Liège: réunion de concertation ce jeudi

A la demande de la ministre fédérale de l'Emploi, Monica De Coninck (SP.a), une conciliation sociale sera organisée jeudi entre syndicats et direction d'ArcelorMittal pour tenter de dégager des pistes de solutions, à la suite de l'annonce du retrait du plan d'investissement destiné à garantir l'avenir de la phase à froid à Liège (voir 6com d'hier). Par ailleurs, ce mercredi matin, les ministres du gouvernement wallon vont examiner les résultats de l'étude commandée à un consultant afin d'élaborer un business plan capable d'assurer l'avenir de la sidérurgie à Liège.

ArcelorMittal Liège: la fermeture du froid pourrait toucher quelque 10.000 emplois indirects

L'annonce du retrait du plan d'investissement d'ArcelorMittal dans le froid à Liège a fait l'effet d'une bombe dans le bassin liégeois. Selon les calculs de la Form'Action André Renard, pour un emploi direct perdu c'est entre 3,5 et 4 emplois indirects qui passeront à la trappe. Prenons en exemple, la commune de Seraing où la perte de rentrées est estimée à 5 millions d'euros. Cette diminution du budget communal aura inévitablement des répercussions sur l'emploi public. Robert Roozeeuw, président de la délégation syndicale FGTB-Métal à ArcelorMittal, explique que le sidérurgiste se désintéresse petit à petit de la sidérurgie pour se concentrer sur les mines qui lui rapportent plus. Le rendement des fonds propres dans la sidérurgie atteint 5 à 6 % et celui des mines 50 %.

ArcelorMittal Liège: Ecolo demande au gouvernement de déposer plainte à l´Europe

Face  à l'annonce d'ArcelorMittal de retirer son plan d'investissement dans le froid à Liège (voir 6com d'hier), Ecolo a exhorté le gouvernement fédéral à saisir la Commission européenne, car selon lui ArcelorMittal se rend coupable de pratique abusive, contraire à l'article 102 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne. La menace qu'il fait peser sur le froid à Liège ressemble, d'après lui, à une stratégie de limitation de production pour préserver des marges commerciales et augmenter les prix. Les Verts pointent aussi les avantages fiscaux dont ArcelorMittal a joui en Belgique. Du côté du ministre de l'Emploi, André Antoine (CDH), on estime qu'il est prématuré de lancer un appel à l'activation du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM). 

ArcelorMittal Liège: le retrait des investissements menacerait le code de l´OCDE

Roger Blanpain, professeur émérite du droit du travail à la KUL, estime que le sidérurgiste ArcelorMittal viole le code de conduite de l'OCDE pour les multinationales en menaçant de retirer les investissements promis sur le site de Liège, si aucun accord n'est trouvé avec les syndicats sur les 795 départs annoncés voici un an. Ce principe directeur vaut, selon le professeur, pour des menaces visant à ne pas appliquer des investissements promis. Roger Blanpain appelle le ministre de l'Economie, Johan Vande Lanotte (SP.a), à saisir le Point de contact national de l'OCDE et à porter l'affaire devant l'OCDE à Paris.

18/09/2012
ArcelorMittal Liège retire son plan d´investissement dans le froid

La direction d'ArcelorMittal vient de mettre à exécution sa menace de retrait du plan d'investissement de 138 millions d'euros à Liège et la prise de commande pour les produits du fer-blanc a également été arrêtée. La FGTB-Métal Liège-Luxembourg dénonce la manoeuvre de la direction qui tente de rejeter sur les travailleurs les conséquences d'une gestion désastreuse du dossier. La direction s'est mise elle-même dans l'impasse et tente d'en sortir par tous les moyens, selon le syndicat. La FGTB-Métal explique qu'il s'agit en fait de la mise en place d'un plan caché d'ArcelorMittal qui prévoit la fermeture du chaud et du froid à Liège. Du côté du Setca, on explique soutenir les travailleurs dans leur refus de céder au chantage de la direction et on rappelle l'importance de l'implication des pouvoirs publics afin de sauver la sidérurgie liégeoise. En cas de fermeture du froid à Liège, c'est quelque 2.000 emplois qui seraient concernés. Lundi fin de journée, la ministre fédérale de l'Emploi, Monica De Coninck (SP.a), a demandé à un conciliateur social de proposer ses services pour tenter de remettre les représentants de la direction d'ArcelorMittal et les syndicats autour de la table et d'apaiser les esprits.

ArcelorMittal Liège: Marcourt (PS) demande à la direction sa stratégie à long terme

Suite à l'annonce du retrait du plan d'investissement d'ArcelorMittal dans le froid à Liège afin de faire pression sur les syndicats (voir par ailleurs), les réactions politiques fusent ce matin dans la presse. Pour le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS), l'attitude du sidérurgiste est regrettable. Le ministre estime qu'ArcelorMittal mêle deux problèmes: les modalités de la procédure Renault et l'avenir de la sidérurgie. La prise d'otage opérée ne permettra pas d'aborder la situation de manière équilibre, estime le ministre, et met une nouvelle fois le personnel dans la plus grande des incertitudes. Il demande par ailleurs au sidérurgiste de donner sa stratégie à long terme. 

ArcelorMittal Liège: réactions à Ferblatil (Tilleur) et à TDM (Marchin)

La décision d'ArcelorMittal de ne plus approvisionner le fer-blanc est une mauvaise nouvelle pour les travailleurs qui ne devraient bientôt plus avoir de matière première pour travailler. Christian Brasseur, délégué FGTB à Tilleur explique que d'ici 5 à 6 semaines, plus rien n'arrivera à Ferblatil et il n'y aura donc plus de boulot. Que se passera-t-il alors? Chômage technique? Licenciement? Le personnel est très inquiet et presse le syndicat à accepter le chantage d'ArcelorMittal. A TDM (Marchin), les travailleurs sont fatalistes. Si la suspension des commandes se confirme, le travail pour la ligne HP5 (entre 40 et 50 personnes) ne pourra pas continuer au-delà des trois semaines à venir. L'entreprise devrait alors connaître du chômage économique à outrance.

ArcelorMittal Liège: les réactions des experts

Didier Van Caillie, professeur en stratégie d'entreprise à HEC-Ecole de gestion de l'Université de Liège, estime que le retrait du plan d'investissement d'ArcelorMittal menace la pérennité du froid à Liège. "Dans l'acier, ceux qui seront toujours là dans cinq ou dix ans sont ceux qui investissent, notamment dans les investissements économiseurs d'énergie et dans les technologies non polluantes", déclare  Van Caillie. Sur l'avenir de la sidérurgie en Wallonie, l'expert juge que ce secteur "n'est certainement pas un des leviers sur lesquels on peut capitaliser pour le futur, mais", nuance-t-il, "cela reste une activité de base et tout tissu économique a besoin de l'industrie pour fonctionner. Et au sein de l'industrie, l'acier est un élément indispensable". Jean Gathon, professeur d'Economie à HEC-ULG, estime que le froid à Liège a un avenir, car il présente une valeur ajoutée réelle et un peu d'avance sur la concurrence. Le savoir-faire et le centre de recherches sont des atouts supplémentaires pour le bassin liégeois, selon lui.

17/09/2012 ArcelorMittal Liège: la FGTB-Métal Liège-Luxembourg riposte aux menaces de la direction

Depuis jeudi, des négociations difficiles sont en cours entre les représentants des travailleurs et la direction d'ArcelorMittal, à Liège. La position de la direction est inacceptable pour la FGTB-Métal Liège-Luxembourg. Néanmoins, tout en affirmant sa volonté de poursuivre les négociations, la direction locale d'ArcelorMittal a commencé à informer le personnel. La FGTB a donc décidé de diffuser, à son tour, un tract. Elle s'indigne des menaces non dissimulées qu'ArcelorMittal fait peser sur tout le bassin. On apprend par ailleurs, que les principaux ministres wallons devraient examiner cette semaine le business plan concocté par un groupe d'experts.

13/09/2012 ArcelorMittal Liège: le business plan prévoit la rentabilité d´ici à 5 ans

Le business plan, élaboré par un groupe de travail, devant soutenir la relance d'une sidérurgie intégrée à Liège est presque terminé. Selon L'Echo, le site d'ArcelorMittal à Liège pourrait être rentable dans 5 ans. 600 millions d'euros seraient nécessaires pour financer les investissements et le fonds de roulement nécessaire à la relance d'un site intégré à Liège. Pour ce faire, syndicats et Région Wallonne devront marcher main dans la main et ArcelorMittal devra accepter de vendre les outils liégeois. En attendant, la direction liégeoise tente de garder ses cadres et leur a d'ailleurs promis de meilleures conditions salariales à l'avenir.

12/09/2012 ArcelorMittal: le bassin liégeois privé de 634 millions en un an

Le front commun syndical continue à maintenir la pression sur ArcelorMittal Liège. L'Echo a interrogé l'expert en sidérurgie José Verdin et le secrétaire régional FGTB-Métal, Jean Luc Rader. Ceux-ci ont notamment découvert que la trésorerie de l'entreprise est passée de 1,096 milliard d'euros en 2010 à 462 millions l'an dernier, soit une ponction de 634 millions en un an.

11/09/2012 ArcelorMittal Liège: les propositions syndicales alternatives à la fermeture du chaud

José Verdin, expert en sidérurgie auprès de la FGTB Métal Liège-Luxembourg, interviewé par AcierLiège TV, conteste la décision d'ArcelorMittal de fermer la sidérurgie à chaud. Une décision qui aura des conséquences négatives pour le reste de la sidérurgie liégeoise. Et donc pour l'ensemble du bassin industriel. La volonté syndicale est le maintien d'une sidérurgie intégrée (le chaud et le froid) en région liégeoise. En front commun, les syndicats ont proposé une alternative à la fermeture et ils entendent obtenir gain de cause. Auprès d'ArcelorMittal et des autorités publiques. Par ailleurs, la presse revient en détail sur l'action de blocage des écluses de Lanaye menée lundi par la FGTB-Métal et le Setca.

10/09/2012 ArcelorMittal Liège: recours syndical contre la fin de la première phase de la procédure Renault

Le nouveau patron d'ArcelorMittal Liège, Bernard Dehut, a confié ce week-end à La Libre qu'il était temps maintenant de tourner la page du chaud et de se concentrer sur l'avenir, sur le froid à Liège. Selon lui, les discussions de la première phase de la procédure Renault sont arrivées à leurs limites et qu'il faut maintenant se mettre autour de la table pour négocier. Une optique qui n'est pas celle du front commun syndical qui a introduit, selon Vivacité, un recours au ministère de l'Emploi contre la décision de mettre fin à la première phase. Un recours fondé sur l'augmentation unilatérale du nombre de pertes d'emploi lié à l'arrêt du chaud.

ArcelorMittal Liège: les travailleurs bloquent l´écluse de Lanaye

Une cinquantaine de travailleurs d'ArcelorMittal Liège ont bloqué ce lundi l'écluse de Lanaye. Depuis 7 h, plus aucun bateau ne passe les portiques. Par cette action, ils veulent montrer les conséquences qu'aura la fermeture du chaud à Liège sur le transport fluvial de marchandises. Selon Jean-Luc Lallemand, délégué FGTB-Métal, "les éclusiers ont suivi le mouvement parce qu'ils sentent que leur emploi est menacé". Il précise également que ce mouvement vise à montrer que les travailleurs restent et resteront mobilisés jusqu'à ce que la Région wallonne se positionne sur les alternatives proposées par les syndicats pour maintenir une sidérurgie intégrée à Liège. (6com.be)

28/08/2012 ArcelorMittal Liège: les négociations concernant le volet social n´ont pas encore été ouvertes

Comme annoncé (voir 6com d'hier), direction et syndicats d'ArcelorMittal se sont rencontrés lundi matin au Centre Acier de Flémalle. A cette occasion, les syndicats ont demandé la tenue d'un comité d'entreprise extraordinaire afin d'informer  directement tous les délégués de la ventilation des 795 postes condamnés par la fermeture définitive de la phase liquide. Si l'on connaît maintenant les secteurs concernés par les suppressions d'emploi aucun nom n'a encore été divulgué. Le Secrétaire régional FGTB Métal, Jean-Luc Rader, explique qu'il faut maintenant travailler à l'élaboration d'un plan social et espère pouvoir obtenir des prépensions. Le front commun syndical ajoute que les négociations concernant le volet social n'ont pas encore débuté et qu'aucune date n'a été fixée et se réserve le droit d'introduire un recours en justice pour infraction à la loi Renault. Il réclame un plan industriel qui garantit la pérennité du froid à Liège.

 

ArcelorMittal Liège: 24 h d´arrêt de travail au TLB de Chertal

Lors de la réunion lundi matin au Centre Acier de Flémalle entre les syndicats et la direction d'ArcelorMittal, quelque 300 travailleurs liégeois du sidérurgiste ont manifesté leur soutien à leur organisation syndicale devant les locaux flémallois. Un mouvement de 24 h de grève a également été entamé lundi matin par les travailleurs du TLB à Chertal. (6com.be)

27/08/2012 ArcelorMittal Liège: les syndicats refusent le coup de force de la direction

Selon L'Echo, malgré les menaces des syndicats de déposer une plainte à l'Auditorat du travail, le groupe ArcelorMittal aurait notifié, le 31 juillet dernier, aux services de l'Office national de l'emploi (Onem) sa décision de licencier 795 travailleurs dans le cadre de la fermeture du chaud à Liège. Par cette action, ArcelorMittal clôture unilatéralement la première phase de consultation et d'information de la procédure Renault. Le groupe devrait normalement pouvoir procéder aux licenciements un mois après la notification, c'est-à-dire le 1er septembre prochain. Mais cela est sans compter sur la détermination des syndicats qui ont déjà envoyé une lettre d'opposition et de réclamation à l'Onem prolongeant la période de latence de deux mois supplémentaires. Ce lundi, une nouvelle réunion entre la direction et les syndicats est prévue. Le Setca tiendra une assemblée générale dans la foulée. Le front commun syndical attend maintenant que la Région wallonne désigne les personnes devant élaborer un plan d'entreprise basé sur leurs propositions alternatives.

21/08/2012 La FGTB compte "harceler" Mittal avec l´aide des artistes

La FGTB et l'ASBL La Cible viennent de lancer un appel à projet aux artistes pour exprimer leur indignation face à la décision de Mittal de fermer la phase à chaud à Liège. Sous le slogan " Harcelez Mittal", ils sont invités jusqu'au 25  septembre à présenter une oeuvre sous la forme qu'ils souhaitent.

http://www.harcelezmittal.be/

17/08/2012 ArcelorMittal Liège: la direction dit avoir respecté la loi Renault

Suite à l'annonce du non-respect de loi Renault par le sidérurgiste ArcelorMittal dans le cadre de la fermeture de la phase à chaud à Liège, la direction dénonce l'accusation et réaffirme "avoir suivi scrupuleusement la loi Renault". Pour rappel, une rencontre entre syndicats et direction est prévue le 27 août prochain. Les syndicats décideront ensuite de déposer, ou non, une plainte devant l'Auditorat du travail. 

14/08/2012 ArcelorMittal Liège: le sidérurgiste serait en infraction à la loi Renault

Une pièce de plus s'ajoute au dossier déjà volumineux de la fermeture de la phase à chaud liégeoise par ArcelorMittal Liège. Il semble bien que le sidérurgiste viole la loi Renault en intégrant la réduction des effectifs des fonctions de support (214 emplois visés par le plan Leap) à la procédure concernant le chaud. Le bureau d'avocats requis par le front commun serait arrivé à cette conclusion et en aurait déjà fait part aux conseils d'ArcelorMittal. L'Auditorat du Travail de Liège pourrait ainsi être bel et bien saisi d'une plainte en bonne et due forme après la réunion du 27 août qui sera consacrée aux pertes d'emploi supplémentaires.

01/08/2012 ArcelorMittal Liège: la facture sociale s´alourdit de 214 pertes d´emploi

Comme annoncé, le conseil d'administration d'ArcelorMittal a prononcé mardi l'arrêt définitif de la phase à chaud liégeoise. Comme on le redoutait également, la facture sociale sera plus lourde que prévue initialement avec 795 pertes d'emploi contre 581 au départ. Soit 441 ouvriers, 327 employés et 27 cadres. Aux travailleurs du chaud proprement dit sont venus s'ajouter 214 ouvriers, employés et cadres travaillant dans des fonctions de support. Reste à savoir si ces pertes d'emploi supplémentaires sont "couvertes" par la procédure Renault dont la phase d'information s'est achevée et qui ne visait au départ que le chaud. Les syndicats se réservent à cet égard le droit de saisir la Justice. Direction et front commun doivent se revoir le 27 août.

Dehut remplace Da Silva à la tête d´ArcelorMittal Liège

Nommé en 2010 à la direction du chaud liégeois, Bernard Dehut, d'origine carolorégienne, a été nommé ce jeudi à la tête d'ArcelorMittal Liège. Il succède ainsi à Joao Felix Da Silva en partance pour le site du sidérurgiste à Fos-sur-Mer (Marseille). Da Silva avait été nommé à Liège en novembre 2009.

27/07/2012 ArcelorMittal Liège: les outils restent sous cocon

Le groupe ArcelorMittal a vu son bénéfice net au deuxième trimestre, chuter à 959 millions de dollars contre 1,5 milliard de dollars pour la même période en 2011. ArcelorMittal n'exclut pas de nouvelles fermetures d'outils en Europe en raison d'une baisse des ventes d'acier. Il semble aussi que le coût social de la fermeture du chaud à Liège pourrait être porté à 800 emplois contre 581 précédemment et que le sidérurgiste ne compte pas ouvrir une deuxième procédure Renault pour appliquer le plan Leap. Des précisions à ce sujet sont attendues prochainement. Ce jeudi, la direction s'est engagée auprès des syndicats liégeois à ne pas procéder au démantèlement des outils actuellement sous cocon tant que le business plan en cours d'élaboration à la Région wallonne pour la survie du chaud n'est pas finalisé. En contrepartie de la fermeture du chaud qu'un conseil d'administration doit entériner le 31 juillet, Mittal envisagerait, d'après L'Echo, d'affecter 19 millions d'euros au redéploiement économique du bassin liégeois. Notons enfin que le front commun a écrit une lettre au président du comité olympique pour protester contre le port de la flamme des jeux de Londres par Lakshmi Mittal.

24/07/2012 ArcelorMittal Liège: les syndicats n´ont finalement pas brûlé Orbit

Les représentants syndicaux des travailleurs d'ArcelorMittal Liège n'ont finalement pas brûlé vendredi à Flémalle, une réplique d'Orbit, la fameuse tour d'acier érigée par le sidérurgiste à Londres à l'occasion des JO. Les syndicalistes se sont dit déçus du peu de "retour" médiatique de l'action menée lors du départ du Tour de France, voici trois semaines à Liège. Le contexte estival n'étant pas propice à une action, même symbolique, le front commun a préféré écrire au président du comité olympique, le Belge Jacques Rogge, afin de lui rappeler que son sponsor est un "des plus grands massacreurs sociaux de tous les temps". 70.000 emplois ont ainsi été supprimés par Mittal au cours des trois dernières années.

20/07/2012 ArcelorMittal Liège: le sidérurgiste assainira dès la procédure Renault terminée

Selon L'Echo de mercredi, ArcelorMittal, déterminé à fermer la phase à chaud à Liège, ne serait pas inquiet face aux coûts de dépollution des sites (+/- 800 millions d'euros) comme demandés par la Région wallonne. Le sidérurgiste estime à 120 hectares les terrains libres d'utilisation industrielle après la fermeture du chaud. Dans ce cadre, ArcelorMittal propose la création d'une structure de concertation, cofinancée par le groupe et la Région. Toujours selon le quotidien, ArcelorMittal entendrait lancer les travaux de déconstruction des outils condamnés "très rapidement après la fin de la procédure Renault". Le groupe signale qu'il prendra en charge les travaux d'assainissement au travers d'Ambre, sa société de régie foncière. Par ailleurs, la réunion entre ArcelorMittal et les syndicats quant à l'avenir du froid à Liège n'a pas séduit les syndicats qui restent inquiets face à l'attitude du sidérurgiste qui, s'il a présenté ses projets d'investissements, a refusé de s'engager sur la garantie d'approvisionnement exigée par les Liégeois.

17/07/2012 ArcelorMittal Liège: la FGTB-Métal ne croit pas au plan d´investissements dans le froid

Les syndicats, la FGTB-Métal en tête, ne sont absolument pas convaincus par le projet d'ArcelorMittal d'investir 138 millions d'euros dans le froid de Liège: "Le groupe est endetté à raison de 23 milliards de dollars et les investissements sont bloqués pour l'instant. L'avenir du bassin sidérurgique de Liège est en dehors du groupe ArcelorMittal", souligne Jean-Luc Rader, secrétaire FGTB-Métal.

13/07/2012 ArcelorMittal Liège: un plan d´investissements de 138 millions d´euros

Selon Vivacité, ArcelorMittal Liège envisage des investissements à hauteur de 138 millions d'euros dans le bassin sidérurgique liégeois: mise en service de la ligne sous vide attendue depuis des années, système de détection automatique des défauts des tôles, nouveau four de recuit, deux machines pour le décapage et construction de nouvelles chaudières pour remplacer trois vieilles centrales. Le financement et le calendrier de ces investissements restent dans le flou. Présentation a été faite jeudi aux syndicats qui restent dubitatifs.

12/07/2012 ArcelorMittal: le plan "Lean" s´appliquera dès la fin 2012

Aucune répartition par site des conséquences du plan "Lean" visant un quart des effectifs dans les fonctions de support n'a été communiquée mercredi lors du conseil d'entreprise européen d'ArcelorMittal. Tout au plus sait-on que ce plan entrera en application dès la fin de l'année et s'étendra jusqu'en 2014. "On peut dire qu'il s'agit d'une gestion déplorable de l'entreprise. Nous n'irons jamais assez vite pour la quitter", note Georges Jespers, représentant FGTB-Métal au conseil d'entreprise européen. Par ailleurs, il y a quelques mois, une affaire d'espionnage social avait éclaté à ArcelorMittal Liège. Selon la RTBF, le ministère de l'Intérieur aurait terminé son enquête. Et le procès-verbal arriverait à la conclusion qu'il s'agit bien d'infractions à la loi sur le gardiennage. Les sanctions administratives devraient être connues dans les prochains jours.

10/07/2012 ArcelorMittal s´entête à vouloir conserver ses outils liégeois

Selon L'Echo, le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS), aurait rencontré jeudi passé trois représentants d'ArcelorMittal, dont Robrecht Himpe, directeur général de la division "aciers plats carbone" du groupe en Europe. Lors de ces entretiens, il en serait ressorti la volonté du groupe sidérurgique de ne pas vendre ses outils, même partiellement. Le 11 juillet prochain, Himpe présentera à Luxembourg le plan Lean qui devrait impliquer une réduction de 25% (au moins) des employés et cadre dans les fonctions supports de la division des aciers plats carbone en Europe.

06/07/2012 ArcelorMittal Liège, le gouvernement wallon s´engage à étudier le plan des syndicalistes

La presse revient longuement sur les échanges de ce jeudi entre les sidérurgistes liégeois et le gouvernement wallon concernant l'avenir de la phase à chaud à Liège. Le gouvernement reste prudent, mais a décidé d'étudier la question et de rédiger un plan d'affaires. Il souhaite même entamer des négociations avec la direction du groupe ArcelorMittal. Les syndicats sont, quant à eux, heureux de l'accueil qui leur a été réservé.

05/07/2012 ArcelorMittal Liège: un business plan régional pour la sidérurgie intégrée

Les syndicats liégeois d'ArcelorMittal se sont rendus ce jeudi matin à Namur où ils ont rencontré les principaux ministres du gouvernement wallon. Ils leur ont exposé leur vision du futur de la sidérurgie intégrée à Liège. Un futur qui suppose en principe le retrait de Mittal. "Nous avons ressenti une grande attention de leur part", explique Jean-Luc Rader (FGTB-Métal). "Ils ont reconnu l'excellence du travail réalisé par les syndicats et ont décidé de mettre sur pied un groupe de travail chargé de réaliser un business plan à partir du projet que nous leur avons soumis". A cette fin, le gouvernement wallon va demander à ArcelorMittal de prolonger de trois mois, jusqu'à la fin octobre, le laps de temps pendant lequel il ne sera pas touché aux outils liégeois. Des négociations vont devoir également se nouer avec le sidérurgiste pour éviter le démantèlement. Parallèlement, l'annonce de la préparation d'un plan de restructuration des fonctions administratives (voir 6com d'hier) suscite la colère de la FGTB-Métal et du Setca. Les syndicats s'inquiètent de la suppression pure et simple de ces emplois, dont plusieurs centaines à Liège.

04/07/2012 ArcelorMittal (Liège): les syndicats face à un Marcourt (PS) pessimiste ce jeudi

Le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS), a confirmé la rencontre ce jeudi avec les syndicats liégeois d'ArcelorMittal. Les syndicalistes doivent lui exposer leur plan concernant le futur de la sidérurgie liégeoise et le sauvetage du chaud. Pour rappel, suite au rapport Syndex, les syndicalistes proposent de sortir l'outil liégeois du groupe Mittal avec l'aide de la Région wallonne, notamment. Cependant, Marcourt semble pessimiste quant à la mise sur pied de ce projet. Selon lui, "la marge de manoeuvre des pouvoirs publics dans le secteur de la sidérurgie est étroite et le scénario dans lequel la Région wallonne prendrait seule le contrôle du site de Liège a relativement peu de chance d'être compatible avec les règles européennes". Par ailleurs, L'Echo de ce mercredi annonce que le sidérurgiste s'apprête à mettre en oeuvre le plan "Lean" visant à réduire de 25% l'emploi dans les fonctions administratives en Europe. 1.270 employés et cadres sont occupés à liège. Un conseil d'entreprise européen est prévu les 10 et 11 juillet.

02/07/2012 Liège: les sidérurgistes ont retardé le Tour de France

Ce dimanche, la délégation FGTB-CSC de la sidérurgie liégeoise a été sous les feux des projecteurs. Ils ont retardé le départ du Tour de France (place St-Lambert à Liège) pour passer leur message. Ils ont pu ainsi montrer au monde entier leur volonté de maintenir une sidérurgie intégrée à Liège.  

29/06/2012 Exclusif: ArcelorMittal Liège abaisse les taux de charge des lignes à froid et du TBL à 40%

Lors d'un conseil d'entreprise organisé ce jeudi, la direction d'ArcelorMittal a annoncé que le taux de charge des lignes à froid et du TBL serait de 40%. Cette annonce fait frémir la FGTB-Métal Liège-Luxembourg qui s'inquiète de la stratégie de Mittal. Le syndicat rappelle que lors de la procédure Renault concernant la fermeture de la phase à chaud à Liège, le sidérurgiste avait, à maintes reprises, dit que l'avenir de Liège se situait dans l'aval, donc dans le froid. Mais avec cette annonce, les inquiétudes quant à l'avenir du froid liégeois sont reparties à la hausse

28/06/2012 ArcelorMittal Liège: les syndicats retarderont le Tour de France pour défendre leur sidérurgie

Plus personne ne peut l'ignorer. Le Tour de France passera dans la Cité ardente ces samedi et dimanche. Les syndicats FGTB-CSC du bassin liégeois d'ArcelorMittal, qui se battent pour une sidérurgie intégrée à Liège, ont obtenu des organisateurs 2 minutes avant le départ de la course de dimanche (Liège-Seraing) pour faire passer leur message. Par cette action médiatique, ils veulent montrer à Mittal, via les 200 chaînes de télévision qui retransmettent le Tour, que les Liégeois s'opposent à la décision "cynique" de Lakshmi Mittal.

27/06/2012 ArcelorMittal Liège: la direction rejette les propositions des syndicats pour sauver le chaud

En front commun, la FGTB et la CSC ont présenté à la direction d'ArcelorMittal Liège leurs propositions pour sauver la phase à chaud (voir 6com d'hier). La direction a tout rejeté. Elle se dit incapable à consentir des investissements pour la phase liquide et n'est pas prête à céder ses outils. Les syndicats ne comptent pas s'en tenir à ses réponses qu'ils jugent d'ailleurs hâtives. En outre, la direction d'ArcelorMittal Liège a confirmé la fin de la phase d'information-consultation de la procédure Renault, mais s'engage à ne pas mettre en péril les outils de la phase liquide, le temps que les syndicats présentent leurs propositions sur l'avenir du chaud aux politiques. 

Dans L'Echo, l'ancien directeur général d'ArcelorMittal Liège, Francis Degée, estime prématurée la volonté du groupe de fermer la phase à chaud à Liège, mais juge en même temps que les syndicats auront du mal à obtenir la cession et la relance des outils. Il ajoute que le froid peut fonctionner tout seul à Liège à condition d'améliorer son approvisionnement par le site de Dunkerque.

26/06/2012 Sidérurgie: ArcelorMittal se laissera-t-il convaincre par les syndicats?

Le projet de relance présenté à la presse lundi par les syndicalistes liégeois est séduisant. En effet, fort d'un dossier de 70 pages, les syndicats ont présenté des arguments concrets quant à la relance du chaud à Liège et à l'avenir d'une sidérurgie intégrée dans le bassin. Le point noir du dossier est in fine d'arriver à convaincre Lakshmi Mittal de revendre les outils liégeois. Les syndicalistes fourbissent leurs armes. Les propositions seront formulées ce mardi au conseil d'entreprise d'ArcelorMittal et au kern du gouvernement wallon le 5 juillet prochain. Le président des Métallos liégeois, Francis Gomez, rappelle qu'il faut absolument maintenir la phase à chaud, sans quoi, ce sera le massacre social. José Verdin, conseillé FGTB, note que les experts concluent dans leurs rapports à la rentabilité de Liège et que la décision de fermeture est stratégique et non économique. Lundi par communiqué, la direction liégeoise d'ArcelorMittal a réagi, au plan des syndicats pour sauver la sidérurgie liégeoise, en estimant que "vendre ou louer la phase liquide de Liège dans un marché déjà surcapacitaire n'aurait pas de sens, ni sur le plan économique, ni sur le plan industriel" et d'ajouter qu'après avoir "étudié avec attention les meilleures solutions pour la sidérurgie liégeoise", la meilleure façon d'envisager l'avenir de celle-ci est d'"approvisionner les installations du froid par des demi-produits compétitifs en provenance d'autres phases liquides".

25/06/2012 ArcelorMittal Liège: le chaud a un avenir à Liège même (surtout) sans Mittal

La FGTB et la CSC ont organisé ce lundi une conférence de presse à Liège afin de faire le point sur l'avenir de la sidérurgie dans la cité ardente. Beaucoup d'encre a déjà coulé avec le rapport Syndex et Laplace, il était temps pour les syndicats de faire le point, de se positionner clairement sur les alternatives à la fermeture de la phase à chaud. Les syndicalistes soutiennent donc que faire de l'acier à Liège est une nécessité. D'abord parce que les hauts-fourneaux de Dunquerke ne sont pas une solution pour alimenter le froid dans le bassin liégeois. Par ailleurs, les outils y sont toujours globalement en bon état. Sans oublier le savoir-faire des travailleurs qui reste un atout essentiel au bon fonctionnement de l'entreprise. La sidérurgie intégrée liégeoise a donc un avenir, mais avec une autre stratégie que celle de Mittal. Avec la sidérurgie sarroise en modèle, les Liégeois envisagent de constituer une société régionale relativement autonome avec l'aide de la Région wallonne notamment. Elle reprendrait tout le patrimoine immobilier et industriel actuel, mais la gestion serait assurée par une société de gestion. Les syndicats comptent présenter leur note au gouvernement wallon le 5 juillet prochain. Ils envisagent également de rencontrer le gouvernement fédéral. Ils ont été clairs: ils comptent tout faire pour garder une sidérurgie intégrée à Liège, parce qu'il n'y a pas le choix.  

22/06/2012 Retour sur actu: ArcelorMittal, la sidérurgie liégeoise en question

Cette semaine Trends-Tendances revient sur l'avenir de l'acier wallon. Il remonte aux sources de la condamnation par ArcelorMittal du chaud à Liège et les difficultés que cela entraîne en matière d'approvisionnement du froid. L'hebdomadaire revient sur les rapports Laplace et Syndex et les options qui s'ouvrent aujourd'hui aux syndicats. Les stratégies à mettre en place pour rendre une viabilité à la sidérurgie liégeoise et les implications financières.

20/06/2012 ArcelorMittal: les syndicats peaufinent leur plan de relance d´une sidérurgie intégrée à Liège

La FGTB Métal et la CSC Métal peaufinent actuellement leurs propositions alternatives à la fermeture de la phase à chaud à Liège par ArcelorMittal. Selon L'Echo, les syndicats envisageraient une séparation à l'amiable avec le sidérurgiste quitte à faire pression sur le leader mondial de l'acier au niveau international afin de le faire plier. Se basant sur les rapports Syndex et Laplace, les syndicats croient en une sidérurgie intégrée sous la houlette d'un groupe indépendant qui pourrait se nommer Cockerill (comme à la belle époque). Ils proposent également de créer une société patrimoniale où seront logés les actifs immobiliers et industriels. Notons encore la volonté de mettre en place un comité stratégique composé des syndicats, des représentants de la Région wallonne et de la direction générale. On parle de la relance d'un haut-fourneau dans un premier temps et du développement des produits de la phase à froid.

Mardi s'est tenu une table ronde au Parlement européen sur le thème des délocalisations. Le cas d'ArcelorMittal était au centre des débats. Les syndicats ont demandé un soutien de l'Europe, estimant la sidérurgie comme stratégique pour l'Union.

20/06/2012 Mittal ne croit plus en l´avenir de la sidérurgie européenne

Lakshmi Mittal, le patron d'ArcelorMittal, vient d'annoncer à l'occasion de la World Steel Dynamics conference à New York que la faiblesse, consécutive à la crise, de la demande d'acier en Europe pose la question de la viabilité à long terme des sites sidérurgiques européens. Et d'ajouter que "Lorsqu'il est apparu clairement que le ralentissement serait plus prononcé et plus long qu'attendu, nous avons adapté notre stratégie pour concentrer la production sur nos sites les plus compétitifs (...) Cela a conduit à l'inactivité temporaire de certains sites". Mittal juge encore que l'Europe ne sera pas compétitive avec seulement 1.600 heures de travail annuel contre plus de 2.000 heures aux Etats-Unis. 

13/06/2012 Des représentants syndicaux d´ArcelorMittal au Parlement européen

Des représentants syndicaux européens du Groupe ArcelorMittal, dont certains belges, se sont rendus mardi au Parlement européen, à Strasbourg. Ils y ont demandé "une véritable politique industrielle européenne". La délégation a été reçue par Pervenche Berès, présidente de la Commission de l'Emploi et des Affaires sociales au Parlement européen qui a déclaré "qu'il faut défendre l'industrie métallurgique européenne dans son ensemble, en se donnant les moyens de construire une véritable politique industrielle européenne".

08/06/2012 ArcelorMittal Liège: les syndicats présenteront des alternatives à la fermeture fin juin

Le conseil d'entreprise organisé jeudi à ArcelorMittal à Liège devait conclure la phase d'information de la procédure Renault. Il n'en sera finalement rien (voir 6com d'hier). Au cours de la séance, la direction a répondu à une septantaine de questions. Réponses que les syndicats doivent maintenant analyser. En clôture de séance, les syndicats ont rappelé leur opposition à la fermeture du chaud à Liège et ont annoncé que lors de la prochaine rencontre fixée au 26 juin, ils présenteront des alternatives à cette fermeture.

07/06/2012 EXCLUSIF: prolongation de la phase d´information-consultation à ArcelorMittal Liège

La phase d'information-consultation de la procédure Renault relative à la fermeture de la phase à chaud d'ArcelorMittal à Liège n'est pas encore achevée. Un conseil d'entreprise est toujours en cours ce jeudi matin, mais une nouvelle réunion a d'ores et déjà été fixée dans le courant de la dernière semaine de juin. Les organisations syndicales y présenteront leurs alternatives à la fermeture.

05/06/2012ArcelorMittal: Hollande (PS) plaide pour une stratégie européenne

A l'issue de la rencontre de ce lundi avec les responsables syndicaux d'ArcelorMittal à Florange, le président français François Hollande (PS) a annoncé que le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, va prendre contact avec ses homologues belge, luxembourgeois, espagnol et allemand afin de définir une stratégie commune face à Mittal. Le gouvernement français va également mandater un expert chargé de se pencher sur l'avenir du site de Florange. 

02/06/2012 Syndex favorable à une sidérurgie intégrée à Liège

Les experts du bureau d'études Syndex ont présenté vendredi leurs conclusions aux représentants syndicaux d'ArcelorMittal Liège en ce qui concerne l'état des lieux de la sidérurgie à Liège. Selon le rapport, les investissements nécessaires à la relance d'une sidérurgie à chaud à Liège seraient de 300 millions d'euros dans l'immédiat et quelque 500 autres dans les cinq ans. Au total, l'investissement de relance (+/- 800 millions d'euros) serait donc moindre que les frais de fermeture (+/- 1 milliard d'euros). Pour Robert Rouzeeuw (FGTB Métal), "ce rapport démontre la faisabilité d'une sidérurgie indépendante". Il explique qu'il faudrait maintenant pouvoir sortir du groupe et impliquer de manière prononcée les pouvoirs publics.

01/06/2012 ArcelorMittal Liège: le rapport Syndex présenté ce vendredi aux syndicats

Les syndicats d'ArcelorMittal prendront connaissance du rapport Syndex sur l'avenir de la phase à chaud de la sidérurgie liégeoise lors d'une présentation prévue ce vendredi après-midi au cabinet du ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS). Pour rappel, ce rapport conclut à la rentabilité de la sidérurgie intégrée à Liège. 

23/05/2012 ArcelorMittal Liège: le front commun a posé 16 nouvelles questions

La procédure Renault se poursuit à ArcelorMittal Liège. Un nouveau conseil d'entreprise a eu lieu mardi après-midi. Les syndicats ont posé 16 nouvelles questions à la direction qui devrait y répondre le 7 juin prochain. Si la direction entend tourner la page de la phase à chaud, le front commun reste catégorique quant au maintien d'une sidérurgie intégrée d'autant que le froid ne tourne qu'à 50% de ses capacités. Par ailleurs, la question des quotas CO2 continue à défrayer la chronique. Interpellé, le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), a précisé que la Région n'accordera aucun rabiot de quota d'émission à ArcelorMittal.

22/05/2012 ArcelorMittal Liège: 35,1 millions d´euros de bénéfice net pour le chaud en 2010

Les représentants syndicaux à ArcelorMittal ont enfin pu obtenir des informations chiffrées sur les performances du site liégeois et l'ensemble de l'activité du sidérurgiste en Belgique. La phase à chaud de Liège a réalisé un bénéfice net de 35,1 millions d'euros en 2010. Par contre, ArcelorMittal a enregistré une perte de 109,1 millions d'euros en Belgique en 2011 (Phase à chaud et froid à Liège ainsi que Sidmar à Gand). Cette dernière façon de présenter les choses pourrait être analysée comme la volonté de masquer les résultats liégeois. Parallèlement, la procédure Renault se poursuit avec un nouveau conseil d'entreprise ce mardi après-midi.

16/05/2012 ArcelorMittal: le syndicalisme transnational, une difficile aventure

Le Monde Diplomatique se penche en ce mois de mai, sur la problématique du syndicalisme transnational à l'échelle d'ArcelorMittal. Ainsi, les syndicalistes du sidérurgiste en Belgique, ont compris que s'ils restaient seuls, le rapport de forces les condamnait à demeurer le pot de terre contre le pot de fer. Mais la tendance à l'européanisation des syndicats n'est pas aisée notamment parce que les syndicats européens vivent la contradiction entre la défense du marché du travail national et l'affirmation des valeurs internationalistes nécessaires pour constituer un vrai contre-pouvoir syndical multinational. Ainsi, pour la FGTB-Métal, c'est la fermeture du chaud à Liège qui a donné l'impulsion au syndicalisme européen. Beaucoup s'interrogent sur la volonté de l'Europe de permettre aux travailleurs de ces entreprises transnationales de faire entendre leur voix et dénoncent le peu d'intérêt de l'Union pour la cause sociale.

16/05/2012 Recherche sidérurgique: Nollet (Ecolo) débloque les subsides

Ce mercredi matin, le Ministre wallon de la Recherche scientifique, Jean-Marc Nollet (Ecolo), a confirmé aux représentants des employés du CRM Group qu'il débloquait les subsides destinés à la recherche sidérurgique liégeoise. Cette décision fait suite à de nombreux échanges de courrier et à une rencontre lors de sa venue à Liège le jeudi 10 mai. Le Setca se félicite de cette issue favorable obtenue grâce au soutien de la Fédération des Métallurgistes FGTB Liège-Luxembourg: "Preuve qu'ensemble on est plus fort".

14/05/2012 ArcelorMittal (Liège): le sidérurgiste part en guerre pour
les quotas de CO2

ArcelorMittal a introduit un recours contre la Région wallonne pour récupérer 1,352 million de tonnes de quotas de CO2 sur 2008-2012 destinées au haut-fourneau 6 (Seraing), en veille depuis plus de trois ans. D'après le groupe, la Région méconnaît la directive européenne en ne décidant pas de lui octroyer les quotas pour cette période, une directive qui lui impose de statuer avant le 28 février. Il pourrait en coûter 7 millions d'euros au budget wallon. Le gouvernement a jugé le recours du sidérurgiste irrecevable.  

04/05/2012 ArcelorMittal Liège: la FGTB-Métal satisfaite de l´étude Syndex

Les syndicats sont satisfaits des conclusions de l'étude Syndex qui conclut à la rentabilité du bassin sidérurgique liégeois après l'avoir comparé à quatre autres sites européens. "Liège est tout à fait viable", indique Jean-Luc Rader (FGTB-Métal). "Syndex insiste sur la compétence des travailleurs et les atouts de la sidérurgie intégrée". De son côté, ArcelorMittal entend bien ne pas changer d'avis, la conjoncture économique n'ayant pas évolué au cours des six derniers mois, soit depuis l'annonce de la fermeture du chaud en octobre dernier. "Nous ne voulons pas faire changer Mittal d'avis", réplique Jean-Luc Rader. "Notre seul modèle économique viable, c'est hors d'un grand groupe, avec les pouvoirs publics qui reviennent aux commandes de l'outil".  De son côté, le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS) espère bien qu'au vu de ce rapport, Mittal modifiera sa position.

03/05/2012 |ArcelorMittal Liège: le bureau Syndex conclut à la rentabilité de la sidérurgie liégeoise

La nouvelle étude du bureau Syndex sur l'avenir de la sidérurgie liégeoise était attendue avec impatience. Elle doit être présentée ce jeudi matin aux syndicats et au ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt (PS). Mais déjà, L'Echo a mis la main sur les bonnes feuilles de l'étude. Elle conclut à la rentabilité de la sidérurgie intégrée. Les experts de Syndex vont demander un délai supplémentaire afin d'examiner la faisabilité du projet de nouvelle centrale énergie évalué à quelque 250 millions d'euros. Dans La Libre, Bruno Bauraind du Gresea (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative) évoque avec optimisme le futur de la sidérurgie wallonne.

27/04/2012 |ArcelorMittal Liège: l´audit serait toujours en cours

La presse revient aujourd'hui sur le blocage du Centre Acier de Flémalle par les Métallos de la FGTB, qui rappelons-le, campent devant le site depuis une vingtaine de jours maintenant afin de contester le licenciement d'un agent du service de gardiennage, qu'ils jugent abusif (voir 6com d'hier). Les Métallos avaient choisi la journée de jeudi pour durcir le ton, car c'était la "Journée de la santé et de la sécurité" à ArcelorMittal. Journée pendant laquelle les travailleurs peuvent échanger leurs bonnes pratiques, activités qui ont, par ailleurs, été suivies comme prévu. Si la direction déclare ne pas comprendre les actions menées par la FGTB, elle a précisé que l'audit interne du service de gardiennage était toujours en cours. Les résultats sont pourtant attendus pour ce vendredi.

26/04/2012 |ArcelorMittal Liège: la FGTB-Métal bloque le Centre Acier de Flémalle

La FGTB-Métal a décidé de durcir le ton en bloquant ce jeudi matin le Centre Acier, le siège administratif d'ArcelorMittal Liège, à Flémalle. Depuis le début de ce mois, les métallos protestent contre la politique du groupe dans le département de gardiennage où un travailleur a été remercié avec effet immédiat par la direction qui s'est basée sur son intime conviction. Un campement d"indignés" a pris position devant le Centre Acier et occupe l'espace 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

24/04/2012 |Arceo (ArcelorMittal Liège): la FGTB-Métal exprime son inquiétude

Les syndicats n'ont pas manqué de réagir au démenti apporté par ArcelorMittal quant à un investissement de 60 millions d'euros dans le froid. Au nom de la FGTB-Métal, Jean-Luc Rader, secrétaire régional, est anxieux: "Aller jusqu'à dire que c'est de la spéculation devient inquiétant. Cela montre que le froid de Liège est menacé".

23/04/2012 |L´investissement d´ArcelorMittal dans le froid à Liège ne serait qu´une pure spéculation de L´Echo

L'Echo annonçait ce week-end que la direction d'ArcelorMittal planchait sur un renforcement de la phase à froid à Liège via la construction d'une nouvelle ligne industrielle pour le développement de la technologie de dépôt sous vide. Ce qui impliquerait plus précisément le développement d'Arceo via une ligne rapide à Kessales (Jemeppe). Coût de l'investissement: 60 millions d'euros. Mais voilà, selon VivaCité, le sidérurgiste a démenti l'information la qualifiant de "pure spéculation".

20/04/2012 |Suite de la procédure Renault à ArcelorMittal Liège

Un nouveau conseil d'entreprise de la procédure Renault s'est tenu ce jeudi dans le cadre de l'intention de la direction de fermer la phase à chaud liégeoise. Les syndicats jugent trop vagues les réponses à leurs questions. Prochain rendez-vous, le mardi 22 mai.

17/04/2012 |ArcelorMittal Liège: la FGTB poursuit ses actions

Réunis en assemblée générale, les délégués FGTB d'ArcelorMittal à Liège ont décidé de poursuivre leurs actions de protestation contre le limogeage d'un agent du service de gardiennage. Le campement de tentes façon "Indignés" reste donc en place devant le Centre Acier de Flémalle où 24h sur 24 et 7jours sur 7, des délégués de la FGTB Métal sont présents. Par ailleurs, ils iront cette semaine à la rencontre des travailleurs de tous les secteurs de l'entreprise pour les informer et les sensibiliser. La FGTB n'exclut pas, par ailleurs, un durcissement du mouvement avec blocage de l'un ou l'autre site. La direction d'ArcelorMittal campe sur ses positions et refuse toujours de réintégrer le gardien.

16/04/2012 |Retour sur actu: l´espionnage des syndicats par ArcelorMittal Liège

Les journaux du week-end sont revenus sur les problèmes liés au gardiennage d'ArcelorMittal à Liège. La FGTB-Métal a déclaré avoir reçu à la fin de la semaine dernière la preuve de pratiques d'espionnage des réunions syndicales de la part du personnel de sécurité. Et cela depuis 2008.

13/04/2012 |La sidérurgie liégeoise a un avenir, la FGTB Métal poursuit le combat

Trois comités restreints du Comité d'entreprise européen (CEE) d'ArcelorMittal ont eu lieu dans le courant du mois de mars au Luxembourg. Il n'en ressort aucune nouvelle rassurante tant sur le plan économique que sociale de la part du sidérurgiste au niveau européen. La FGTB Métal explique que malgré le fait que la liste des arrêts "temporaires", des arrêts "à durée indéterminée" et des arrêts "définitifs" s'allonge en Europe, il ne faut pas baisser les bras et céder au fatalisme. Le syndicat clame haut et fort que toutes les composantes de la sidérurgie (chaud-froid-recherche et développement) ont leur place dans le bassin liégeois. Le combat en faveur d'une sidérurgie intégrée se poursuit avec ou sans ArcelorMittal, explique Georges Jespers (FGTB Métal).

13/04/2012 |ArcelorMittal Liège: la FGTB Métal envisage de durcir le ton

Les délégués de la FGTB Métal, qui campe depuis plus d'une semaine devant le Centre Acier à Liège, ont rencontré jeudi la direction d'ArcelorMittal. Celle-ci refuse toujours de réintégrer le travailleur licencié. Selon la FGTB, le ministère de l'Intérieur mène actuellement une enquête, car la loi Tobback, qui réglemente le gardiennage, ne serait pas respectée. Lundi, une assemblée du personnel aura lieu afin d'informer les travailleurs de la situation. Le syndicat prévient que les actions pourraient se durcir par la suite.

13/04/2012 |ArcelorMittal (Liège): les syndicats espionnés depuis des années, la direction dément

Selon RTL, les syndicats présents à ArcelorMittal Liège seraient espionnés depuis quatre ans. La FGTB Métal a d'ailleurs reçu plusieurs vidéos filmées lors de leurs réunions syndicales. Pour le secrétaire de la régionale de Seraing de la FGTB Métal, Jean-Luc Rader, c'est véritablement une atteinte à la vie privée des travailleurs. Du côté de la direction, on réfute les accusations d'espionnage et on explique respecter les lois en vigueur. Un audit interne de fonctionnement sur le service de gardiennage aurait par ailleurs été demandé.

12/04/2012 |ArcelorMittal Liège: soutien du Setca au campement de la FGTB-Métal

La délégation Setca d'ArcelorMittal Liège vient d'apporter son soutien aux métallos de la FGTB-Métal qui ont installé depuis huit jours (voir 6com d'hier) un campement devant le Centre Acier de Flémalle. Il s'agit d'une campagne d'indignation contre la politique pratiquée par la direction dans le département du gardiennage où un travailleur a été licencié pour faute grave sur la base de l'intime conviction du patron.

11/04/2012 |ArcelorMittal Liège: les indignés campent toujours devant le Centre Acier

Depuis une semaine, les métallos de la FGTB ont installé un campement devant le Centre Acier, le siège d'ArcelorMittal à Flémalle. Ils protestent contre le licenciement qu'ils estiment abusif d'un membre du service de gardiennage accusé par la direction de coups sur la personne d'un supérieur. Le mouvement est prévu jusqu'à ce que la direction revoie sa position.

10/04/2012 |Retour sur actu: CFR (Seraing) vit-elle ses dernières heures?

ArcelorMittal menace de fermer sa filiale Cockerill Forges Ringmill (CFR), à Seraing pour équilibrer ses comptes. Les travailleurs sont inquiets parce que le géant de l'acier leur a donné jusqu'à juin pour retrouver des résultats positifs.

06/04/2012 |EXCLUSIF: A CFR (Seraing), le manque d´investissements inquiète le personnel

Les travailleurs de Cockerill Forges Ringmill (Seraing) sont inquiets. Les chiffres ne sont pas bons et ArcelorMittal, dont l'entreprise dépend, menace de mettre la clé sous le paillasson si le retour à l'équilibre n'est pas atteint en juin prochain. La FGTB-Métal redoute également la cession de l'entreprise et/ou une sévère restructuration. Bref, l'incertitude plane sur l'entreprise qui souffre d'un cruel manque d'investissements garants de sa pérennité.

05/04/2012 | ArcelorMittal Liège: la direction indignée par le campement FGTB à Flémalle

Il fallait s'en douter: la direction d'ArcelorMittal Liège n'apprécie pas le campement dressé par les métallos de la FGTB devant le Centre Acier de Flémalle. Ces derniers protestent toujours contre le licenciement pour faute grave d'un membre du service de gardiennage auquel il est reproché (même si les témoignages divergent sensiblement) d'avoir porté des coups à un supérieur. La direction se dit elle-même "indignée" par le campement des travailleurs "indignés".

04/04/2012 | ArcelorMittal Liège: la FGTB-Métal campe devant le centre acier de Flémalle

Une vingtaine de travailleurs affiliés à la FGTB-Métal ont décidé d'entamer un mouvement de protestation. Ils campent actuellement devant siège administratif d'ArcelorMittal, à Flémalle, et ce pour une durée indéterminée. Ce mouvement n'est pas un blocage, les travailleurs peuvent entrer et sortir du bâtiment sans problème. L'action vise à rappeler le malaise qui persiste au sein du service de gardiennage. Ils dénoncent également les dérives de surveillance à l'intérieur de l'entreprise et d'espionnage social.

04/04/2012 | ArcelorMittal Liège: toujours de la fumée aux hauts-fourneaux 6 et B

Malgré la décision d'ArcelorMittal de fermer la phase à chaud liégeoise, des fumées continuent à s'échapper des sites des hauts-fourneaux 6 (Seraing) et B (Ougrée). Le Soir explique pourquoi.

02/04/2012 | Dossier Syndex: Antoine (CDH) défend la Sogepa et le CDH

Suite aux propos peu élogieux du président des Métallos Liège-Luxembourg, Francis Gomez, à l'égard de la Sogepa et du CDH accusés de faire traîner la réalisation de l'étude Syndex sur la sidérurgie liégeoise, le ministre wallon CDH André Antoine a fait savoir qu'il n'y avait ni retard ni complot du CDH dans ce dossier.

02/04/2012 | 93 millions d´euros pour reconvertir Chertal (Herstal)

L'Echo du week-end révèle qu'en 2006, le GRE de Liège a commandé une étude sur la réaffectation économique du site de Chertal (Herstal) du groupe ArcelorMittal. Selon cette étude, le site de Chertal offrirait intrinsèquement des grandes potentialités aux secteurs de la logistique, de l'industrie moderne et de l'industrie traditionnelle. La viabilité du site et son aménagement avoisineraient les 50 millions d'euros. Les coûts indirects de la viabilisation seraient de 35,849 millions d'euros et les coûts hors plan de 7,307 millions d'euros. La vente des parcelles pourrait rapporter 50,123 millions d'euros. Les plans de reconversion (mixte entre multinationales et PME locales) ont été présentés à plusieurs acteurs, dont ArcelorMittal qui y verrait bien l'installation d'un pôle d'excellence et la création de 350 emplois.

30/03/2012 | Sidérurgie liégeoise: la FGTB Métal critique les lenteurs de la Sogepa

Le dossier de la phase à chaud liégeoise est toujours en attente d'un second rapport, celui du bureau Syndex. Les lenteurs du dossier sont principalement imputées à la Région wallonne et à l'institution qui la représente dans ce dossier, la Sogepa. Francis Gomez, patron des Métallos Liège-Luxembourg, estime que la Sogepa ne joue pas correctement le jeu dans cette affaire. Elle freine le processus et retarde la sortie du second rapport qui devrait être plus favorable à la sidérurgie liégeoise que le rapport Laplace. Tout profit pour ArcelorMittal, selon Gomez, qui confie que le sidérurgiste n'aidera sûrement pas les syndicats à prouver que la sidérurgie liégeoise est viable.

27/03/2012 | ArcelorMittal Liège: la procédure Renault se poursuit au plan local

Lundi matin, un nouveau conseil d'entreprise a eu lieu à ArcelorMittal Liège dans le cadre de la procédure Renault relative à la fermeture du chaud à Liège. Les syndicats ont posé de nouvelles questions auxquelles la direction répondra à la prochaine réunion qui a été fixée au 19 avril prochain. Les syndicats expliquent que les réponses apportées par la direction jusqu'ici restent trop vagues.

23/03/2012 | ArcelorMittal Liège: la FGTB-Métal rappelle les faits

Suite au licenciement d'un agent de gardiennage à ArcelorMittal Liège, la FGTB-Métal Liège-Luxembourg fait un petit topo de la situation afin de dénoncer une nouvelle fois les éléments sur lesquels s'appuient la direction pour juger ce cas. La FGTB-Métal explique que se baser sur une "intime conviction" pour virer un travailleur est la porte ouverte à tous les abus.

22/03/2012 | Quotas de CO2 à ArcelorMittal: en cas de fermeture, ils seront retirés, selon Henry (Ecolo)

La Meuse revient ce mercredi sur les quotas de CO2 accordés aux sites sérésiens à l'arrêt d'ArcelorMittal. Pour rappel, la Région wallonne a alloué 2 millions de tonnes de CO2 pour ces implantations, pour la période 2013-2020. Du côté du ministre de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), on déclare que la procédure européenne a été respectée: "des nouvelles règles interviennent en cas de cession partielle et de cession opérationnelle. Les allocations réelles de quotas seront donc déterminées sur base de l'activité qui sera observée sur ces sites." Il ajoute qu'en cas de fermeture, "l'allocation 2013-2020 sera retirée." Par contre en cas de reprise, l'entreprise pourra bénéficier d'une allocation de quotas gratuits via une réserve européenne.

21/03/2012 | ArcelorMittal perçoit des quotas CO2 pour des sites à l´arrêt

Le sidérurgiste ArcelorMittal reçoit environ 20% de l'enveloppe provisoire des quotas d'émission de gaz à effet de serre pour la période de 2013 à 2020 (28,1 millions de tonnes sur un total de 139,8 millions de tonnes), selon un arrêté du gouvernement wallon publié au Moniteur. Selon L'Echo, des sites à l'arrêt seraient couverts par des quotas. C'est le cas notamment des hauts-fourneaux B et 6 d'ArcelorMittal implantés à Seraing, que le groupe de l'acier a décidé de fermer définitivement et qui se voient pourtant attribuer plus de 2 millions de tonnes de CO2 par an par l'exécutif wallon. Selon L'Echo, la situation interpelle d'autant plus que le premier producteur mondial d'acier se fait de l'argent avec les quotas reçus gratuitement dans les pays européens où il est présent. Dans son rapport annuel pour 2011, ArcelorMittal indiquait avoir réalisé un gain net de 93 millions de dollars grâce à la vente de quotas de CO2. Même situation pour Duferco dans la région de Charleroi, où le site de Carsid à Marcinelle, qui est à l'arrêt depuis novembre 2008, recevra environ 2,85 millions de tonnes de CO2 chaque année dès 2013, d'après la liste provisoire wallonne.

21/03/2012 | ArcelorMittal Liège: le service de gardiennage mène des actions de blocage

Les affiliés à la FGTB-Métal du service de gardiennage d'ArcelorMittal se sont réunis en assemblée générale ce mardi après-midi, au lendemain de l'annonce du licenciement avec effet immédiat de l'un des leurs. Ce dernier s'est vu reprocher d'avoir porté des coups à un brigadier, sans qu'aucun témoignage ne vienne toutefois étayer l'accusation. La direction a pourtant dit qu'elle avait l'intime conviction que le garde était bel et bien coupable. Les délégués de la CSC se sont vu refuser par le personnel, l'accès à l'assemblée de ce mardi car ils rejoignaient tardivement le mouvement et n'avaient pas participé à une première assemblée lundi. Ce mardi, l'ensemble du personnel de garde a décidé de mener des actions sporadiques de blocage des sites du chaud et du froid du sidérurgiste jusqu'à la fin de la semaine. Dès l'après-midi, le site de Kessales a été bloqué. Une entrevue avec la direction a également été demandée pour obtenir la réintégration du garde licencié.

20/03/2012 | ArcelorMittal Liège: les métallos FGTB protestent contre le licenciement d´un garde de sécurité

Le personnel du service interne de gardiennage d'ArcelorMittal Liège s'est réuni lundi en assemblée générale. Les métallos de la FGTB protestent contre le licenciement, avec effet immédiat, d'un garde, licenciement qu'ils jugent abusif. Ce licenciement est intervenu à la suite d'une altercation survenue le 9 mars dernier sur le site de Kessales, entre le garde et un brigadier. Ce dernier, dans le cadre d'un exercice de secours, a exigé que le garde lui présente son badge de sécurité, mais le travailleur en était dépourvu. Par la suite, le brigadier s'est plaint d'avoir reçu des coups, ce qu'aucun témoignage n'a corroboré, mais la direction a l'intime conviction que le brigadier dit la vérité. C'est sur cette base que la décision de licencier a été prise. Lundi, les métallos de la FGTB ont bloqué les entrées et les sorties pendant une paire d'heures à Ferblatil. Et ce mardi après-midi, une nouvelle assemblée du personnel de sécurité est programmée.

16/03/2012 | ArcelorMittal: fin de la phase d´information et de consultation au niveau européen

La direction d'ArcelorMittal a annoncé jeudi, à la suite d'un conseil d'entreprise européen, que la première phase de la procédure Renault concernant la fermeture de la phase à chaud de Liège était close à l'échelon européen. Le dialogue social doit maintenant se poursuivre à l'échelon local, la procédure Renault se poursuit donc bien à Liège (contrairement à ce qu'ont laissé entendre certains journalistes ce matin). Par ailleurs, le sidérurgiste a précisé que le maintien des deux hauts-fourneaux à Liège avait déjà coûté 90 millions d'euros au groupe (5 millions d'euros par mois d'arrêt). Du côté syndical, on explique que de nombreuses questions restent encore sans réponse et donc qu'il est hors de question d'entériner la première phase de la procédure Renault. Le prochain conseil d'entreprise extraordinaire aura lieu le 26 mars à Liège.

15/03/2012 | ArcelorMittal: pas de crise pour les dirigeants du sidérurgiste

Selon Paperjam.lu, ce n'est pas la crise pour tout le monde à ArcelorMittal. Ainsi, on apprend dans le rapport annuel 2011, qu'un versement de 17,2 millions de dollars a été effectué aux dirigeants en terme de rémunération variable liée aux performances à court terme (7,2 millions en 2010). Le bonus du patron Lakshmi Mittal a quant à lui progressé de 199% à 2,074 millions de dollars (692.000 dollars en 2010).

15/03/2012 | ArcelorMittal: pas de crise pour les dirigeants du sidérurgiste

Selon Paperjam.lu, ce n'est pas la crise pour tout le monde à ArcelorMittal. Ainsi, on apprend dans le rapport annuel 2011, qu'un versement de 17,2 millions de dollars a été effectué aux dirigeants en terme de rémunération variable liée aux performances à court terme (7,2 millions en 2010). Le bonus du patron Lakshmi Mittal a quant à lui progressé de 199% à 2,074 millions de dollars (692.000 dollars en 2010).

14/03/2012 | ArcelorMittal Liège fermera les deux centrales énergie en 2014ArcelorMittal Liège: le rapport Syndex conforte les syndicats dans leurs dires

La direction d'ArcelorMittal Liège a fait savoir lundi aux syndicats qu'elle avait décidé de fermer, dès 2014, les deux centrales "énergie" d'Ougrée et de Seraing qui recyclent les gaz des hauts-fourneaux en électricité. Les deux outils occupent 130 travailleurs. Parallèlement, ArcelorMittal aurait procédé à sa propre évaluation du coût de la dépollution des sites visés par la fermeture de la phase à chaud. La facture oscillerait entre 600 et 800 millions d'euros. La valorisation des mitrailles provenant du démontage rapporterait 200 millions d'euros. Les métallos de la FGTB entendent présenter une facture la plus lourde possible, environ 1,5 milliard d'euros, coût social compris, pour que le sidérurgiste soit contraint de laisser l'outil aux travailleurs.

13/03/2012 | ArcelorMittal Liège: la Sogepa persiste et signe

Le PTB+ a publié récemment une brochure sur le devenir de la sidérurgie intégrée à Liège. Le mouvement de gauche se prononce en faveur d'une sidérurgie contrôlée par les pouvoirs publics. Parallèlement, la Sogepa, mise officiellement hors jeu par le ministre wallon de l'Economie Jean-Claude Marcourt (PS) après la publication du rapport Laplace, campe sur ses positions. Elle fait siennes les conclusions du rapport en disant que la fermeture de la phase à chaud ne se justifie économiquement que si ArcelorMittal ne supporte pas les conséquences financières de sa décision. Dès lors, selon la Sogepa, il faut présenter la facture au sidérurgiste en espérant le faire changer d'avis.

13/03/2012 | ArcelorMittal Liège: poursuite du procès pour vol de métaux

Le tribunal correctionnel de Liège a poursuivi lundi le procès d'un détournement de métaux au préjudice d'ArcelorMittal. Des ouvriers de l'entreprise et de sous-traitants auraient ainsi mis au point un système leur permettant, pendant près de huit ans, de voler des dizaines de tonnes de métal. Ils auraient profité d'un manque de contrôle des pesées des camions censés livrer les métaux. Le Parquet veut trois ans de prison tandis que la défense réclame l'acquittement pour une série de préventions, le sursis ou une peine de travail.

09/03/2012 | ArcelorMittal Liège: le rapport Syndex conforte les syndicats dans leurs dires

Selon les syndicats métallos liégeois, l'étude Syndex commandée par le Conseil d'entreprise européen du sidérurgiste ArcelorMittal, démontre que Mittal flingue ses aciéries en Europe pour des raisons qui n'ont rien d'économique et que la sidérurgie est bel et bien viable à Liège mais que, sans la phase liquide, la phase à froid est clairement menacée. Du côté de la FGTB Métal Liège-Luxembourg, le Secrétaire régional Jean-Luc Rader explique "qu'on a intérêt à sortir du groupe et le plus vite possible. On ne peut pas continuer dans cette entreprise qui a artificiellement plombé les coûts pour faire fermer les outils liégeois. Il faut reprendre notre destin en main en s'inspirant de ce qui a été fait dans la Sarre, en Allemagne. Dans cette région de taille comparable à la province de Liège, on a crée l'unité totale des forces vives, syndicats, pouvoirs publics, monde économique, population, pour assurer la survie des outils sidérurgiques via une fondation où ArcelorMittal est minorisé. Du côté du sidérurgiste, l'interprétation du rapport est tout autre. Pour lui, notamment, Syndex confirme que le marché n'est pas suffisant pour faire tourner les usines européennes du groupe à plein régime.

08/03/2012 | ArcelorMittal Liège: un rapport Syndex conclut à la rentabilité de la phase à chaud

Une étude Syndex peut en cacher une autre sur le devenir de la phase à chaud liégeoise. Ainsi, si celle commandée par le gouvernement wallon est toujours en cours, une autre vient de dévoiler ses résultats. Elle a été présentée aux syndicats lors du comité d'entreprise européen de ce mercredi. Il apparaît que les résultats liégeois ont été plombés par une politique interne de surfacturation des coûts des matières premières. De plus, une politique de sous-investissements a pénalisé Liège. De quoi donner (encore un peu plus) de l'eau au moulin du front commun qui estime que la phase à chaud liégeoise est bel et bien rentable. Parallèlement, La Libre livre ce jeudi un reportage sur la lutte des ouvriers d'ArcelorMittal à Florange en France.

07/03/2012 | ArcelorMittal Liège: la direction a répondu aux questions des syndicats

La procédure Renault suit son cours à ArcelorMittal Liège. Un nouveau conseil d'entreprise extraordinaire s'est tenu ce mardi matin. Les syndicats y ont reçu des réponses aux questions qu'ils avaient posées. Le front commun va désormais les examiner en profondeur. Un nouveau conseil d'entreprise est prévu le 26 mars. En ce qui concerne l'étude de rentabilité du bassin liégeois commandée au bureau Syndex, il apparaît que le responsable des ressources humaines d'ArcelorMittal, Willie Smit, a écrit un courrier à Syndex, faisant part de ses objections à la mission qui lui a été confiée. Le comité d'entreprise européen du groupe prévu ce mercredi devrait aborder le sujet.

07/03/2012 | ArcelorMittal Liège dément toute restructuration à l´Energie

La direction d'ArcelorMittal Liège a démenti toute volonté de restructuration au sein de la division Energie tout comme il ne serait pas question de diminuer, voire d'abandonner, la surveillance des conduites de gaz comme la RTBF le laissait entendre mardi.

06/03/2012 | ArcelorMittal (Liège): moins de travailleurs pour surveiller les conduites de gaz

La direction d'ArcelorMittal (Liège) a décidé de diminuer ses effectifs dans le secteur de l'énergie. 18 travailleurs chargés de la maintenance des conduites de gaz vont être reclassés. La direction estime qu'avec la fermeture des hauts-fourneaux, certaines de ces conduites sont vides et qu'il n'est plus nécessaire d'avoir autant de travailleurs pour les surveiller. Pour les travailleurs, cette démarche est dangereuse parce que ces tuyaux passent dans le centre de Seraing. Une première réunion de concertation a eu lieu ce lundi, et la direction a accepté de reporter la suite des négociations en juin prochain. Par ailleurs, c'est ce mardi qu'a lieu la 6e réunion de concertation dans le cadre de la fermeture de la phase à chaud dans le bassin liégeois.

22/02/2012 | ArcelorMittal (Liège): le ministère de l´Intérieur s´intéresse à l´affaire d´espionnage social

Selon La Meuse, le ministère de l'Intérieur aurait pris contact avec la Fédération des métallurgistes FGTB Liège-Luxembourg dans le cadre de l'affaire d'espionnage à ArcelorMittal. Didier Smetz, délégué FGTB Métal, a découvert le stylo-caméra qui a permis à un agent du gardiennage interne au sidérurgiste d'espionner les débats menés entre les syndicalistes, explique qu'il devrait prochainement rencontrer le ministère. Pour rappel, la FGTB Métal Liège-Luxembourg devrait porter l'affaire en justice prochainement.

22/02/2012 | ArcelorMittal (Liège): le gardien violent a été licencié

Suite aux révélations d'agressions répétées par un gardien interne à ArcelorMittal Liège à l'encontre d'un technicien de surface d'origine africaine de la société de nettoyage industrielle Laurenty, la direction a fait savoir par communiqué que "l'entreprise a instruit un dossier qui l'a conduit à mettre fin au contrat de travail entre l'agent de gardiennage et ArcelorMittal. L'intéressé a été informé en présence de son représentant syndical".

22/02/2012 | Sidérurgie liégeoise: manifestation de soutien des étudiants FGTB de l´ULB

Les sections bruxelloises des étudiants FGTB organisent ce mercredi à 14h, sur le campus du Solbosch de l'Université libre de Bruxelles (ULB), une action de solidarité avec les travailleurs de la sidérurgie liégeoise menacés de licenciement par la multinationale ArcelorMittal. Cette action fait suite à l'invitation de représentants du groupe ArcelorMittal pour un Jobday sur le campus. Ces derniers ont cependant décidé de décliner l'invitation des organisateurs après avoir pris connaissance des actions planifiées par les étudiants FGTB.

21/02/2012 | ArcelorMittal (Liège): quand la direction espionne les syndicats avec un stylo-bille caméra

Une reportage de la RTBF diffusé lundi a permis de mettre en lumière comment la direction d'ArcelorMittal Liège avait réussi à espionner au sens littéral du terme les délégués syndicaux de l'entreprise au moyen d'un stylo-bille caméra d'un agent de gardiennage interne. La FGTB Métal Liège-Luxembourg condamne cette attitude scandaleuse. La confiance avec la direction est donc rompue, annonce le syndicat. Par ailleurs, la FGTB Métal Liège-Luxembourg va entamer dans les jours à venir toutes les procédures judiciaires nécessaires et interpellera la ministre de l'Emploi, Monica De Coninck (SP.a) pour qu'elle se prononce sur la manière de poursuivre les discussions légales de concertation au sein de l'entreprise. Par ailleurs, selon la RTBF Radio, un autre agent de gardiennage du groupe serait l'auteur de violences physiques et verbales racistes à l'encontre d'un homme d'entretien d'origine étrangère de la société Laurenty.

20/02/2012 | ArcelorMittal Liège: les syndicats attendent des réponses pour le 6 mars

Un nouveau conseil d'entreprise extraordinaire a eu lieu vendredi dans le cadre de la fermeture de la phase à chaud liégeoise d'ArcelorMittal. Les syndicats ont interrogé la direction, via une quinzaine de questions, sur les aspects financiers et techniques de l'entreprise. "Nous attendons les réponses lors du prochain CE fixé au 6 mars. Ces réponses devraient démontrer qu'il est aberrant de fermer puisque le chaud liégeois est rentable", explique David Camerini (CSC), au nom du front commun.

15/02/2012 | Seraing: le conseil communal vote une motion en faveur de la phase à chaud

Le conseil communal de Seraing a voté lundi à l'unanimité une motion dans laquelle les élus de la cité du fer refusent de considérer la fermeture de la phase à chaud d'ArcelorMittal comme inéluctable. Le texte souligne les efforts réalisés par les travailleurs et les syndicats lors de la relance et épingle l'incohérence de l'étude de rentabilité réalisée par le bureau Laplace.

14/02/2012 | FGTB Métal Liège-Luxembourg: il faut avant tout convaincre

La FGTB Métal Liège-Luxembourg a réuni son comité provincial ce lundi afin de faire le point sur l'actualité politique, économique et sociale qui touche les travailleurs. Le Président, Francis Gomez a rappelé que les actions qui ont été menées pour dénoncer les mesures d'austérité n'ont pas été vaines puisque le gouvernement a accepté de revoir sa copie sur les mesures de pension, de prépension, de chômage et de crédit-temps. Mais il a surtout annoncé que la lutte devait continuer et qu'elle devait avant tout passer par l'information des travailleurs pour les convaincre de l'utilité du combat. Avec la MWB, et de manière plus générale avec l'interprofessionnel, un programme d'actions cohérent sera mis en place prochainement.

13/02/2012 | Avenir de la sidérurgie liégeoise: l´étude Syndex attendue dans deux mois

Selon L'Avenir du week-end, une réunion de travail a été organisée vendredi entre le cabinet du ministre wallon de l'Economie Jean-Claude Marcourt (PS) et les hautes instances des syndicats wallons. La discussion portait autour de la mission qui sera donnée au cabinet d'études Syndex concernant l'évaluation de l'avenir de la sidérurgie liégeoise. Il s'agirait en fait, d'éviter des dérapages comme avec le rapport Laplace. Selon le quotidien, Syndex aurait besoin de deux mois pour boucler son étude.

13/02/2012 | Arrêt de travail au train à large bande (TLB) à Chertal

Les travailleurs de la pause de 14 heures ont spontanément débrayé ce vendredi après-midi au train à large bande de Chertal. Cela fait plusieurs jours que les métallos de la FGTB dénoncent à la direction d'ArcelorMittal Liège, le mauvais état des sanitaires. Il n'est plus possible pour les travailleurs de se doucher ou de se rendre aux toilettes dans des conditions décentes. Un comble quand on sait qu'il s'agit d'un des outils les plus performants du bassin liégeois.

 

09/02/2012 | Gomez (FGTB Métal): sans la ligne à chaud, la phase à froid n´a aucune chance de survivre

Dans une interview croisée, le Président des Métallos FGTB Liège-Luxembourg, Francis Gomez, et Philippe Delaunois, ancien administrateur délégué du groupe Cockerill donnent leur point de vue sur la nécessité ou non de maintenir la ligne à chaud à Liège. L'occasion pour le syndicaliste de rappeler que la phase à froid n'a aucune chance de survie sans la ligne à chaud.

09/02/2012 | ArcelorMittal Liège: performance exceptionnelle sur le TLB en janvier 2012

En janvier 2012, le TLB (train large bande) a atteint un ratio de 4,49 raboulotages (incident de laminage) pour 10.000 coils produits. Ce résultat est exceptionnel, en effet, la moyenne en 2011 du TLB de Chertal était de 27,8. Ce résultat est la conséquence du travail énorme fourni sur 2011, avec notamment les réparations réalisées sur les fours et les améliorations au niveau des outils, de la formation et du coaching des opérateurs de ligne. Cela résulte également d'une étroite collaboration entre les différents métiers au niveau du train: maintenance, production et process.

08/02/2012 | Chiffre d´affaires en hausse, bénéfice en baisse pour ArcelorMittal en 2011

Le groupe ArcelorMittal a augmenté son chiffre d'affaires de 8% l'an dernier, à 22,5 milliards de dollars. Par contre, son bénéfice a chuté de 22% tout en se chiffrant quand même à 2,3 milliards de dollars. Les pertes au quatrième trimestre ont atteint le milliard de dollars contre 780 millions de dollars pour la même période en 2010. Le résultat brut d'exploitation a augmenté de 18,7%, à 10,1 milliards de dollars. Le groupe a également décidé de soutenir sa performance opérationnelle en maintenant ses plans d'économies, parmi lesquels la fermeture du chaud liégeois. Dans La Meuse, Georges Jespers (FGTB-Métal) constate qu'ArcelorMittal préfère investir dans les mines de fer et de charbon qui lui rapportent beaucoup plus.

07/02/2012 | ArcelorMittal: la FEM dénonce l´attitude du sidérurgiste

La Fédération européenne de la métallurgie (FEM) a tenu lundi une réunion sur la situation et la stratégie d'ArcelorMittal. Il en ressort que le sidérurgiste ne respecte pas l'accord signé avec les représentants européens des travailleurs qui pose le cadre d'un dialogue constructif. "Notre analyse est que le groupe s'est engagé dans un processus de désinvestissement et de restructuration massive en Europe. Son objectif est de trouver un milliard supplémentaire pour ses actionnaires...". Selon les syndicats, la diminution de la demande d'acier ne justifie pas les restructurations massives actuelles. La FEM appelle les responsables politiques européens, nationaux, locaux à trouver les moyens pour sauver une industrie sidérurgique durable sur le continent européen. La FEM soutiendra, par ailleurs, la journée d'actions prévue le 29 février prochain par la Confédération européenne des syndicats.

06/02/2012 | ArcelorMittal (Seraing): la SPI lui rachète 17 hectares pour créer une nouvelle zone économique

La SPI va racheter 17 hectares de terrains à ArcelorMittal sur le site de l'ancienne aciérie LD (Seraing). Selon le bourgmestre de Seraing, Alain Mathot (PS), le sidérurgiste devrait prendre en charge l'assainissement de la zone, assainissement qui devrait être terminé dans le premier trimestre 2012. Ensuite, la SPI interviendra pour la mise en oeuvre du projet d'aménagement. L'objectif, créer une nouvelle zone d'activités mixtes pour permettre l'implantation de PME et de logements. La mise à disposition est prévue pour 2016.

03/02/2012 | Sidérurgie à Liège: la FGTB Wallonne pointe l´incompétence de la Sogepa

Mercredi après-midi, un comité d'orientation extraordinaire a eu lieu à la Sogepa, bras financier de la Région wallonne, pour faire le point sur le rapport Laplace concernant l'avenir de la sidérurgie liégeoise. La FGTB Wallonne estime que la Sogepa a laissé faire, sans rien contrôler sur le fond, jusqu'à aboutir à une fuite dans la presse. Document dans lequel, pour rappel, le consultant a été jusqu'à insulter publiquement les Liégeois. Par ailleurs, en ce qui concerne le second rapport, demandé à Syndex, la FGTB Wallonne révèle que la commande n'aurait pas été expédiée par la Sogepa. Cette attitude montre (une fois de plus) le désintérêt de la société wallonne pour la sidérurgie liégeoise. La FGTB Wallonne estime que la Sogepa doit rester un instrument au service des intérêts économiques wallons et donc, que le pouvoir wallon doit en reprendre le contrôle. Le syndicat demande donc un changement du comité de direction et des méthodes. La CSC-Métal explique partager les critiques de la FGTB Wallonne.

 

25/01/2012 | ArcelorMittal Liège: Marcourt (PS) enterre le rapport Laplace

Mardi, le ministre wallon de l'Economie Jean-Claude Marcourt (PS) a jugé impossible de donner suite au rapport Laplace sur la sidérurgie liégeoise. Le ministre épingle les incohérences intellectuelles du rapport. Il le juge comme un rapport intermédiaire sur lequel il faudrait travailler pour qu'il devienne cohérent. Marcourt a par ailleurs assuré que le gouvernement wallon n'acceptait pas le caractère "irréversible" (selon Laplace) de la fermeture de la phase à chaud à Liège. Le ministre a tenu à rappeler les efforts (flexibilité, réduction salariale) réalisés par les travailleurs lors de la relance de la phase à chaud et le non-respect des annonces d'investissement de la part du groupe ArcelorMittal. Des propos qui ont rassuré le secrétaire régional de la FGTB Métal Jean-Luc Rader.

24/01/2012 | ArcelorMittal Liège: les métallos FGTB épinglent les contradictions du rapport Laplace

Après le coup de tonnerre, les réactions syndicales n'ont pas manqué ce lundi pour dénoncer l'assassinat commis par le consultant Laplace Conseil sur la sidérurgie intégrée liégeoise. Les métallos FGTB épinglent une série de contradictions dans le chef du consultant qui, tout en dénonçant le caractère inacceptable de la décision d'ArcelorMittal de stopper le chaud liégeois, estime son choix irréversible. La FGTB-Métal demande dès lors au gouvernement wallon d'examiner le travail de Laplace de manière très critique, d'autant que ce même consultant affichait sa foi dans l'outil liégeois voici à peine deux ans. Le syndicat s'interroge encore sur le retard pris par une autre étude, celle commandée au cabinet Syndex. Mais, selon la RTBF, le bon de commande n'est même pas encore signé...

23/01/2012 | ArcelorMittal Liège: le rapport Laplace cinglant provoque la colère des syndicats

L'étude Laplace, commandée par la Sogepa, bras financier de la Région wallonne, a rendu son rapport ce week-end concernant l'avenir de la sidérurgie à Liège. Selon l'étude, la fermeture du chaud à Liège est irréversible, et le froid, menacé. En cause, le déclin des outils, mais aussi l'attitude des Liégeois et des syndicats qui seraient trop revendicatifs et décourageraient les actionnaires. Si la direction d'ArcelorMittal n'a pas souhaité commenter ce rapport, elle espère que cette étude "contribuera à une meilleure compréhension du projet d'arrêt de la phase liquide par les organisations syndicales". Du côté syndical, c'est la colère. Le président des Métallos FGTB Liège-Luxembourg, Francis Gomez, s'insurge contre le fait de faire porter la responsabilité de la fermeture aux Liégeois et aux syndicats. Et il rappelle avec force que c'est Mittal qui a décidé de stopper les activités à Liège et non les travailleurs. Jean-Claude Marcourt (PS), ministre wallon de l'Economie, quant à lui, s'étonne des contradictions présentes dans ce rapport.

19/01/2012 | Les travailleurs d´ArcelorMittal se sont invités aux voeux du MR

Une délégation des métallos de la FGTB a accueilli les élus et les militants libéraux à la soirée de voeux du MR mercredi soir au Palais des Congrès de Liège. Ils ont distribué des tracts et rappelé aux élus qu'ils devaient se battre en faveur d'une sidérurgie intégrée et empêcher la fermeture des sites de Liège et de Seraing.

20/01/2012 | ArcelorMittal Liège: la direction a répondu aux questions des syndicats

Un conseil d'entreprise extraordinaire de la procédure Renault a réuni ce jeudi les syndicats et la direction d'ArcelorMittal Liège. Cette dernière a fourni aux représentants du personnel, les réponses à une quarantaine de questions techniques et économiques posées le mois précédent. Les experts syndicaux vont désormais les analyser. Parallèlement, la direction a eu le culot de reprocher aux syndicats de faire traîner les choses. Le prochain conseil d'entreprise est fixé au 17 février. 

15/01/2012 | Le secteur à froid a un avenir en Wallonie

Ce week-end, La Libre Entreprise reveaint sur la sidérurgie à Liège, en Wallonie, en Belgique. Et explique qu'elle ne se résume pas à la phase à chaud. Le froid étant un secteur d'avenir pour le sud du pays notamment grâce aux aciers et aux matériaux high-tech. Même son de cloche de Jacques Pélerin, le patron d'ArcelorMittal Wallonie. Si du côté des syndicats, on reconnaît que les aciers high-tech sont porteurs d'avenir pour la sidérurgie wallonne, le président des Métallos FGTB Liège-Luxembourg, Francis Gomez, déplore qu'à Liège les investissements se fassent attendre, ce qui suscite l'inquiétude

12/01/2012 | Du retard pour l'étude sur la rentabilité du chaud

L'étude de rentabilité de la phase à chaud de Liège commandée par la Sogepa (Région wallonne) aux bureaux français Laplace Conseil et Syndex ne devrait pas être disponible avant le mois prochain. Elle était théoriquement attendue pour la mi-janvier. Le retard pris s'expliquerait par les difficultés rencontrées par les experts dans leur demande d'informations chiffrées à ArcelorMittal Liège. Cette dernière se retrancherait derrière un prétexte de confidentialité des infos réclamées. Notons encore à l'agenda, le 19 janvier, date du prochain conseil d'entreprise extraordinaire, le cinquième, de la procédure Renault enclenchée depuis l'annonce de l'arrêt de la phase liquide.